Un nouvel indispensable pour deux joueurs ?

sur Mandala
8,1
Avec Mandala, on retrouve l’élégance miraculeuse d’un Patchwork. Les règles sont si simples que le feuillet en explicite tous les non-dits les plus évidents et s’autorise des répétitions qui en font un modèle de clarté. La partie avance inexorablement au fur et à mesure que la pioche se vide et que les rivières se remplissent, avec l’impossibilité d’enrayer le rythme du jeu, puisque chaque geste réduit la première ou fait progresser un mandala, et donc la complétion de la seconde, et puisque les actions ne sont qu’au nombre de 3 et limpides au possible.

Même s’il n’est assurément pas très hindou ni très bouddhiste de capitaliser sur la création et la destruction des mandalas, force est de constater que ce cycle créatif a inspiré à Brett J. Gilbert et Trevor Benjamin une mécanique originale dans sa pureté, redoutable dans sa tension, séduisante dans son accessibilité et son matériel. Quel plaisir que de tester cette oeuvre en même temps que Cairn et de découvrir en même temps deux de mes futurs classiques pour deux joueurs !

L'intégralité du test est lisible sur Vonguru : https://vonguru.fr/2019/11/20/mandala-tacticite-et-ephemerite-des-duels-de-sable/

Commentaires

Default