Olympos
Par Philippe Keyaerts
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
3 à 5 joueurs
Nombre de joueurs
10 ans et +
Âge
75 min
Temps de partie
40,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Un nouveau cocktail avec des ingrédients connus, mais agréable

6,0

Olympos fait partie de ces jeux de réflexion pure, avec très peu de hasard, et où l'ordre des actions est primordial pour réussir : se procurer telle ressource, pour acquérir telle tuile qui donnera tel avantage pour en avoir une autre.

Assez classique, et au final le genre de jeu qui n'est pas trop fait pour me plaire.

Et pourtant, à mon sens, Olympos est sauvé par deux choses :

- Le système de temps : chaque action a un coût en temps, qu'on peut tenter de réduire, mais de toutes manières, on donnera tôt ou tard le tour à ses adversaires. A nous de bien calculer pour nous retrouver avant celui-ci, mais après celui-là pour lui piquer sa tuile juste avant qu'il ait la bonne ressource. Ce système est original, je ne l'ai jamais vu, et il n'est pas gadget : la gestion du temps relatif aux autres et fondamental pour réusssir sa partie.

- La territorialisation et l'aggressivité : contrairement à Agricola et autres jeux du même acabit, qu'on peut au final pratiquer seul, ou à plusieurs tout en regardant la télé car même si on peut prendre les trois bois avant l'autre, chacun fait quand même son truc dans son coin, et bien Olympos territorialise la lutte : on peut attaquer les autres, leur prendre leurs territoires, leurs ressources, obtenir des avantages militaires pour le faire et ainsi les priver de ressources en étant bien placé. Cet aspect directement agressif sauve pour moi Olympos : un joueur qui en réflexion abstraite pure pourra opérer les meilleurs algorythme pourra allégrement se faire rentrer dedans et perdre ses avantages si chèrement réfléchi.
Un peu de diplomatie et de discrétion s'impose.
C'est peut être ce manque de contrôle total que critiquent ses détracteurs?
Pour moi, c'est clairement un plus.

Commentaires

Default