Ce jeu est sorti le 23 sept. 2011, et a été ajouté en base le 27 juin 2011 par Docteur Mops

édition 2011
Par Martin Wallace
Illustré par Paul Kidby, Peter Dennis, Bernard Pearson et Ian Mitchell
Édité par IELLO et Treefrog Games
Distribué par IELLO

Standalone 2 éditions

Un monde mouvant pas émouvant !

Disque-Monde : Ankh-Morpork est un jeu plutôt destiné à un public familial.
Je ne connaissais pas le monde romanesque de l'auteur mais le côté excentrique et farfelu de son bestiaire n'est pas pour me déplaire.

Le matériel est séduisant et le petit manque de visibilité de la carte est un défaut sans grande conséquence. Les règles sont très simples à assimiler et les parties sont rapides.

Le principal intérêt du jeu réside dans l’accomplissement des objectifs secrets. Il faut s'efforcer de tromper les adversaires en brouillant les pistes.
La mécanique dans son ensemble reste très chaotique et cela ne plaira pas à tout le monde. Impossible de programmer quoi que ce soit dans ce monde tourmenté. D'un tour à l'autre il est difficile de développer une stratégie cohérente. L'opportunisme est de mise pour tenter d'arriver à ses fins. Le jeu fait donc la part belle au hasard mais on peut mettre à son actif une interaction constante et optimale tout au long de la partie.
Une gestion appropriée de sa main de carte est aussi essentielle mais elle consistera souvent à jouer plusieurs fois de suite quand le tirage le permet. Attention il faut toujours garder en mémoire que le fait de jouer plusieurs cartes dans son tour de jeu accélère la fin de partie. Un des objectifs consiste justement à finir la partie par l’épuisement de la pioche...
Au fur et à mesure les joueurs finissent plus ou moins à découvrir les objectifs secrets de leurs adversaires et le jeu devient alors beaucoup moins attrayant. Sauf pour ceux qui sont parvenus jusqu'au bout à cacher leur intentions...

Disque-Monde est un jeu plaisant par le côté loufoque de son univers et par le dynamisme des tours qui s’enchaînent avec une belle fluidité.
Je crains malheureusement que passé l'effet de surprise de son univers baroque, le soufflet retombe rapidement. L'effet « nouveauté » ne fera pas illusion bien longtemps.

Ses mécanismes dominés par un hasard omniprésent et des multiples rebondissement de majorité pourront agacer ou enchanter selon les cas. Son accessibilité et son originalité peuvent assurément séduire un large public.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default