Un laird amer

3,7
Joué à deux seulement, mais je ne pense pas que cela change grand chose.

J’attendais beaucoup de ce jeu, j’attendais ce que claironne la vox populi, un Carcassonne en mieux.
Ben non… Rien à voir. Ce n’est pas parce qu’on pose des tuiles pour faire un paysage qu’on retrouve des sensations de Carcassonne.

D’autant plus qu’on construit chacun de son coté, la réflexion n’a donc rien à voir. La partie se joue autant dans la pose de tuile, sachant qu’on a peu de choix, que sur le prix qu’elles sont payées, ce qui fait le sel du jeu.

Enfin, le sel, vite dit, je n’en ai pas trouvé tant que ça. C’est un jeu très calculatoire, 100% feuille Excel. On construit son petit truc de son coté en essayant de faire payer cher à l’autre ce qui peut l’intéresser, en évitant quand même qu’il ne le prenne pas parce que sinon ça va nous coter un bras pour rien…

Bon… Je ne me suis pas amusé. J’ai fait des calculs dans ma tête et à la fin on a compté les derniers points.

J’ai eu un sentiment de « ressassé », de déjà vu, d’usure et plus aucun plaisir. Ce jeu sort 10 ans trop tard et il n’est pas mieux que ses ainés, loin de là.

Bref, je ne comprend pas qu’on en fasse un tel fromage.

Commentaires (2)

cyrphilip
cyrphilip
Joue â 5, on en reparle 😉
Proute
Proute
En effet, autant je suis d'accord que la filiation avec Carcassonne est juste due au fait qu'il y a des tuiles à poser les unes à côté des autres dans les deux jeux, autant ce jeu n'est – selon moi – pas fait pour y jouer à deux.
Default