Endeavor
Ce jeu est sorti le 10 déc. 2009, et a été ajouté en base le 7 sept. 2009 par Monsieur Phal

édition 2009
Par Carl de Visser et Jarratt Gray
Illustré par Joshua Cappel
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Un jeu très bien pensé, mais rigoureux

Endeavor est jeu aux règles relativement bien écrites, combinant stratégie, tactique, et opportunisme.
Stratégie, car il faut avoir un objectif à long terme sans trop s’éparpiller sur le plateau (faute de n’être majoritaire sur aucune piste de frêt, et de ne pas s’approprier l’une des cartes gouverneur, très intéressantes du point de vue des bonus qu’elles rapportent)
Tactique, car certaines actions jouées au bon endroit et au bon moment permettent de ramasser les bonus de routes entre les villes
Opportuniste car les jetons bleus du plateau sont très intéressants pour exécuter des actions sans utiliser une personne mobilisée dans un bâtiment.
Dans Endeavor, le tour de jeu consiste successivement à prendre un bâtiment de niveau permis par sa piste d’industrialisation, accroître sa population (= prendre de nouveaux arrivants) en rapport avec son marqueur sur la piste de culture, payer les salaires (=reprendre de la main d’œuvre des bâtiments activés au tour précédent) dans la limite permise par la piste finances. Enfin, jouer les actions tour à tour avec le personnel nouvellement acquis et récupéré.
La première action à mener est de coloniser (action « occuper ») les villes européennes afin de pouvoir avoir accès rapidement aux cartes Europe (action « piocher ») ; en effet, celles-ci peuvent s’obtenir sans avoir à ouvrir une route de frêt et offrent des bonus de départ qui peuvent être réinvestis tout au long de la partie pour se développer plus rapidement. Si vous calculez, vous vous rendrez compte que récupérer une de ces cartes en une action « piocher » vous fait gagner autant que de récupérer des jetons sur une piste de frêt en 3 ou 4 actions. De là, la logique dicte plus ou moins l’ordre de réalisation : occuper plusieurs cités en Europe pour pouvoir piocher des cartes de niveau intéressant, puis affrêter pour ouvrir les autres régions, occuper (les colonies) et enfin attaquer pour réaliser des ponts entre ses cités qui permettent de récupérer les bonus route. Vous pouvez aussi la jouer plus guerrière en augmentant le niveau de population mais vous ne pourrez attaquer plus de 2 ou 3 cités par tour.
En conclusion, c’est un jeu d’observation, d’aubaine et de calcul. L’interaction est présente sous forme d'attaques, mais reste limitée. L’ambiance est plutôt studieuse. L’attaqué n’a pas la possibilité de se défendre contrairement à d’autres jeux comme Cyclades. Enfin, l’ordre de tour est linéaire (le 1er joueur change à chaque tour, sans qu’il y ait moyen de reprendre la main ni de compenser le fait d’être dernier, même au début).

Globalement, je suis satisfait d'Endeavor à hauteur de 85%. Ce qui lui manque: la possibilité de jouer à 2, le déséquilibre 1 seule action au 1er tour, 5 ou 6 au dernier, le côté impitoyable (quand on est décroché, on ne se refait pas)

 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default