Caylus Premium Limited Edition
Par William Attia
Illustré par Mike Doyle
Édité par Ystari Games et QWG Games
2 à 5 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
120 min
Temps de partie
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Un graphisme qui me sied fort mieux !

10,0

Je supportais difficilement le graphisme du premier Caylus. Au risque de désavouer à moitier l'illustrateur historique de la première édition qui a donné vie au prototype, j'affirme que cette version de 2007 est à la fois plus agréable et plus jouable. Je m'explique...

Joueur de rôle en alternance, j'ai en général toujours mal supporté les illustrations fleurant l'amateurisme.
Je pratique les jeux de plateau pour le plaisir tactique ou stratégique, mais le plasir de l'intégration dans un contexte (pseudo)historique ou imaginaire est pour moi important. Mieux vaut souvent pas d'illustration du tout (fond blanc et simples marquages) qu'une illustration maladroite.
Je sens maintenant ce jeu entièrement intégré dans son environnement.
D'autre part, au risque de dire le contraire de beaucoup, je suis persuadé que la représentation des tuiles par les métiers et les animaux est beaucoup plus lisible et facile à interpréter que celle des bâtiments pseudo-réalistes à l'échelle de la carte. Un Exemple parmis beaucoup d'autres : la métaphore "moutons" est infiniment plus explicite que "ferme taille 2 plus grosse que ferme 1 mais plus petite que ferme 3", pour une installation qui a comme particularité de fournir surtout du textile ! Pour moi, le symbolisme prime sur le photo-réalisme. Avoir passé un coup de Photoshop là-dessus (2012) n'y changera pas grand-chose.

La 2eme édition classique (2012) est certainement beaucoup plus agréable à l'oeil que celle de 2005, mais reste à mon sens largement inférieure à cette formidable "Premium" (2007), au niveau de l'aide à la lecture d'une part (même si certaines notations gagneraient à être plus contrastés du fond), et de l'intégration visuelle du thème d'autre part.

Commentaires

Default