Une Colonne de Feu

de Michael Rieneck
Une Colonne de Feu
7.51 
15 avis

Description du jeu :

Aucune description
Achetez ce jeu sur :

Tu brûles ..ah non tiède

Troisième épisode de la saga de Ken Follet (Piliers de la terre / Un monde sans fin , a priori en phase de réédition ), ce nouvel épisode s'attache au commerce et à la religion. Mickael Rieneck, l'auteur de "Cuba" et des deux précédents opus se charge de l'adaptation.
Un superbe plateau (et bon matériel. Un bon point pour ce thermo en forme de rosace) représente les 4 villes avec lesquelles il faudra commercer. Il y a de bonnes idées dans ce jeu: on lance ses dés de couleurs correspondant à une ville précise (blanc = Angleterre), on attribue un dé à un personnage de la même couleur qui fournira ressource ou action jusqu' à ce que le dé "meurt" puisque sa valeur baisse de 1 à chaque tour. On construit sur la ville du personnage (chaque ville a son paquet de personnages). Subtilité: chaque perso amène avec lui un jeton de religion : protestant ou catholique (ou neutre). Quand il y en a 4 dans une ville c'est la guerre. Si vous êtes du côté de la religion majoritaire vous marquez des points, sinon vous dégagez. Dans ce cas impossible de commercer si vous n'avez plus de maison dans la ville.
On peut aussi vendre / acheter/ prendre des bonus en se déplaçant, toujours avec la couleur des dés sur une roue d'actions.
Plein de bonnes idées donc dans ce jeu plutôt abstrait. Il y a peu d'interaction, malgré “l’équilibre de la terreur”de la guerre de religion (tout le monde peut être de la même religion et minimiser cet aspect du jeu), on fait sa popote dans son coin.
Le jeu, suivant les parties, arrive à être brillant ou bancal (chance des dés sur certains personnages, combo qui tuent), voire un tantinet répétitif. On sent la puissance ludique sous-jacente du jeu qui oscille entre chance (le mauvais évènement, le tirage du dé, la pioche des personnages) le retour de bâton imprévu (le super combo vous bloque les dés un peu trop longtemps vous empêchant d'évoluer) et l’opportunisme omniprésent.
La phase de vente des ressources, sorte de "pick up & delivery" déguisé est la plus utile du jeu puisqu'on y gagne des points mais la moins passionnante comparée à la roue des actions ou l'achat des personnages.
On félicite l’auteur de ne pas avoir copié ses autres jeux, mais force est de constater qu’il livre ici un jeu imparfait. Imparfait mais qui intrigue et donne envie d’approfondir afin de se faire une réelle idée. Ca devient rare d'avoir envie d'approfondir et celui-ci vaut le coup d'être essayé. Mais j'avoue qu'au bout du compte, l'auteur ne sera pas parvenu (obligation du cahier des charges lié au roman ?) à agencer parfaitement tous ces mécanismes. On reste sur notre faim avec des parties inégales.
Ken Follet trouve que ce Colonne de feu est le meilleur de la série.
Pas nous. Mais on y revient quand même, allez comprendre ?

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default