Troyes
Ce jeu est sorti le 28 oct. 2010, et a été ajouté en base le 22 juin 2010 par 20.100

édition 2010
Par Alain Orban, Xavier Georges et Sébastien Dujardin
Illustré par Alexandre Roche
Édité par Pearl Games
Distribué par Millennium

Standalone 2 extensions 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Troyes, pas plus

Dans le genre des jeux de placement de dés et d'ouvriers, j'adore Alea Iacta Est et Yspahan. Troyes aurait donc dû me plaire également, Eh bien, non.

Une partie à 4 joueurs, trois parties à 2 joueurs, une partie à 3 joueurs. Il n'y en aura probablement pas davantage, car ce jeu m'ennuie assez profondément.

Déjà, au début, quand on place ses ouvriers, on procède un peu à l'aveuglette (car les cartes activités sont retournées au fur et à mesure des trois premiers tours de jeu seulement), mais le problème est qu'il sera ensuite très difficile de bouleverser l'occupation des bâtiments par les joueurs au cours de la partie.

Il s'agit d'un jeu où l'opportunisme pèse beaucoup trop dans la balance. Les événements s'enchaînent et se succèdent, et pour les affronter, il faut sacrifier des dés. Parfois, on est obligé d'en sacrifier 2-3 suite à un mauvais lancer et c'est franchement désagréable. Certes, on peut compenser un mauvais jet en allant s'approvisionner chez les autres, en relançant les dés ou en les retournant, mais cela coûte et même les points d'influence, récoltés en s'opposant aux événements notamment, ne suffisent pas à compenser le hasard lorsqu'il est défavorable. En outre, le premier qui occupe certaines cases activités est grandement favorisé et l'occupation de la cathédrale peut être totalement ruinée par une succession d'événements impossibles à combattre.

Bref, c'est un ressenti personnel, mais je n'ai pas été tellement emballée par Troyes. Je l'ai trouvé répétitif, difficile à cerner (certains bons jets favorisent les combos puissants), assez ennuyeux au final malgré tous les choix offerts à chaque tour. Il accumule plein (trop ?) de bonnes idées, mais il lui manque quelque chose pour faire briller une étincelle dans mes yeux et mon coeur de joueuse. A la fin de chaque partie, on a constaté que les ouvriers occupaient presque tous leur place initiale...

Je lui aurais donné un 2/5 sans les jolies illustrations d'Alexandre Roche.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default