Takenoko
Ce jeu est sorti le 1 déc. 2011, et a été ajouté en base le 26 juil. 2011 par Docteur Mops

édition 2011
Par Antoine Bauza
Illustré par Joël Picksel, Nicolas Fructus et Yuio
Édité par Matagot et Bombyx
Distribué par Rexport, Asmodee, Pegasus Spiele, Asmodee, Asmodee, Asmodee, Asterion, Hobby Japan et REBEL

Standalone 1 extension 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Très bon dans sa catégorie

Un ami, plutôt axé jeux sans trop de hasard et relativement calculatoires, a une compagne. Celle-ci est assez joueuse, tant par sa volonté propre que sous les harcèlements de cet ami. Mais le souci, c'est que leurs goûts se rejoignent parfois, mais qu'en général il y a une rupture visuelle. Alors devant un petit panda et un style assez "kawaï", elle a craqué. Et lui, dans une démarche de compromis bien évidente, accepte de jouer à "Takenoko", bien que ce ne soit pas son type de jeu favori (un peu trop light). Et c'est comme ça que je me suis retrouvé à y jouer.

Depuis, on débat souvent sur la qualité et l'intérêt de celui-ci. Sachant que lui y a beaucoup plus joué que moi, il en est un peu lassé et ne le sort pas vraiment avec plaisir. Pour ma part, je trouve ce format plus léger et familial/rapide est vraiment agréable, tant qu'on ne s'attend pas à un jeu avec des mécanismes compliqués ou avec un profondeur inouïe. Mais nous débattons aussi régulièrement sur la difficulté attribuée à un jeu. Car moi, ma chérie, n'est pas joueuse du tout. Sauf quelques jeux d'ambiance, mais ça s'arrête là. Et même un jeu comme "Takenoko", c'est trop. Du coup ça me donne une autre vision des choses. Ce jeu est certes familial, mais pour des personnes désirant s'investir dans le monde ludique, pas pour des gens qui repoussent le monde du jeu de société. Dès qu'il y a quelques subtilités (et il y en a dans "Takenoko"), plus de trois paragraphes de règles, ça peut repousser et être vécu comme sortant du pur divertissement. Ce qu'on trouve tous les deux dommage, bien sûr, mais bon, respectons les choix de chacun.

Donc voilà, on a une approche un peu différente de cet objet ludique. Lui en a ras-le-bol du hasard mis en place par le dé et le tirage aléatoire des objectifs, qui peut bloquer et laisser un joueur à la traîne sans qu'il n'ait l'impression de mal jouer ou de faire les mauvais choix. Pour ma part, ce genre de paramètres ne me gêne que peu dans ce format de jeu et j'apprécie qu'il y ait une forme de hasard dans le jeu, auquel on doit s'adapter. Et je ne dis pas ça parce que je fais des jets de malade, la dernière fois c'est moi qui en ai souffert d'ailleurs, mais ça ne m'a pas gêné. Car si le jeu est vraiment simple au niveau des choix à faire, il bénéficie de mécanismes très fluides et rend l'ensemble efficace. Pour moi, "Takenoko" est donc un très bon jeu dans ce format, qui peut servir à initier des nouveaux joueurs qui acceptent d'écouter des règles plus d'1m30. Je prends un plaisir à y jouer, c'est souvent des parties assez tranquilles, même si ce n'est pas l'extase ludique et que ce format n'est sans doute pas mon favori, il est nécessaire et agréable et l'As d'or le valorise d'une belle manière en récompensant "Takenoko".

Au moins, nous sommes entièrement d'accord sur un point. Le visuel et la qualité du matériel. C'est assez constant chez Matagot, d'une part ça attire l’œil en magasin et permet de faire découvrir le monde du jeu à de nouveaux clients, d'autre part ça donne vraiment envie d'y jouer, quelque soit le joueur. Les couleurs sont plaisantes, et le fait de voir les bambous grandir est quelque chose que j'apprécie beaucoup. Le thème est donc très bien adapté, pas spécialement aux mécanismes, mais à l'esprit et au sentiment général du jeu. Ce qui est l'une des grandes forces d'Antoine Bauza.

Note réelle : 3,5/5

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default