Sankt Petersburg
Ce jeu est sorti le 2 avr. 2004, et a été ajouté en base le 20 janv. 2004 par 20.100

édition 2004
Par Michael Tummelhofer
Illustré par Doris Matthäus
Édité par Rio Grande Games et Hans im Glück

Standalone 2 extensions 4 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Très belle ville !

Je commencerais par une critique du matériel et en particulier des cartes puisque celles-ci constituent l’essentiel du contenu de la boîte. Certains trouvent leurs graphismes moches et grossiers. Pour ma part, je leur trouve un certain charme. Les dessins sont de style naïfs mais ne sont pas laids pour autant.
Sankt Petersburg est essentiellement un jeu de cartes. Le petit plateau ne sert que de support mais contribue agréablement au plaisir de jouer.

Le jeu tire sa force des choix vastes et cornéliens offerts aux joueurs tout au long de la partie.
Dois-je acheter cette carte au prix fort pour ne pas la laisser à mon voisin de gauche ? Dois-je plutôt la prendre en main et attendre le moment propice pour la poser ?
Les artisans sont généralement prisés en début de partie car ils rapportent les précieux roubles sans lesquels rien ne peut s’acheter. Les nobles paraissent très cher par rapport au bénéfice immédiat mais on réalise vite que le décompte final est déterminant et que la possession de plusieurs « têtes » est vital. Avec ce raisonnement simpliste, on pourrait croire que les bâtiments ne sont pas rentables. Erreur ! Ils sont les seuls à rapporter de manière régulière des points de victoire à chaque manche. Hum… pas tout à fait car pour pimenter le tout, tel un cuisinier qui rajouterait des épices dans sa sauce, Michael TUMMELHOFER a intégré une phase d’échange primordiale et décisive en fin de manche. Seuls les joueurs qui n’ont pas dépensé à ce moment là toute leur fortune pourront acheter les avantageuses cartes d’échange.

L'impression ressentie par les débutants concernant le manque relatif d'interactivité entre les joueurs est trompeur. C'est en pratiquant le jeu que l'on s'aperçoit qu'il est facile au contraire de pourrir la vie de ses voisins... La pénurie d'artisans par exemple peut être gérer finement en fonction de l'ordre du tour du premier joueur.

Les parties de Sankt Petersburg sont tendues à souhait. C’est un véritable régal !
Le rythme est soutenue et les tours s’enchaînent rapidement avec une belle fluidité. Toutes les phases du jeu sont prenantes.
La durée de vie du jeu semble infini et le plaisir de jouer loin de se tarir. Sankt Petersburg laisse un goût de reviens-y très fort.
Les règles sont très simples à expliquer, un peu plus difficile à lire (c’est certainement du une fois de plus à une mauvaise traduction). Les parties sont rapides et le jeu à deux est possible et m’a semblé tout aussi intéressant.

Sankt Petersburg rentre donc sans hésitation dans le club très fermé de mes jeux préférés.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default