Deception : Murder in Hong Kong

de Tobey Ho
Deception : Murder in Hong Kong
7.55 
63 avis

Description du jeu :

Un jeu d'enquêtes à rôles secrets.Qui est l'assassin parmi les joueurs ? Qui est son complice ?Le policier scientifique va tenter de vous aider en vous donnant des indices mais attention le coupable t... En savoir plus

Achetez ce jeu sur :
Ce que l'on n'aime pas
Aucun pour ou contre
Catégories

Suspicion entre amis

De la déduction tout en finesse, avec une pointe d'esprit à la Dixit, et beaucoup de tchatche à grand renfort de mauvaise foi.
Un maître du jeu annonce un crime et aide les joueurs en distillant des indices au gré de plaquettes thématiques constituant des preuves à même de permettre aux enquêteurs de confondre l'assassin qui s'est caché parmi eux.
Au début de la partie, chacun dispose d'un lot de 8 cartes (ou 10, je ne sais plus), en deux rangées : une qui montre 4 (ou 5, donc) façons de mourir, l'autre qui montre 4 objets, comme autant de preuves à charge.
Un rôle est alors distribué : assassin, complice, témoin, ou enquêteurs.
Tout le monde ferme ses yeux sauf l'assassin qui choisit les deux cartes qu'il associe au crime de la partie, une de la rangée des façons de mourir, l'autre des preuves à charge. Ensuite, le complice ouvre les yeux et se joint à l'assassin pour se reconnaître mutuellement.
Les deux ferment leurs yeux et le témoin ouvre les siens (ouaf ouaf). Le Mdj lui désigne l'assassin et le complice sans les différencier.
Tout le monde rouvre les yeux et la partie tchatche commence avec la première plaquette choisie par le MdJ qui annonce par exemple un lieu (salle de bains) en rapport avec le crime (imaginons que l'assassin avait montré une noyade, ou un peignoir à titre de preuve).
Les plaquettes sont diverses, variées et parfois décalées : jour de la semaine, émotion de la victime au moment de mourir, lien entretenu entre le tueur et sa victime,...
Au cours des discussions qui se ravivent au fur et à mesure de la pose des plaquettes, les enquêteurs et le témoin ont le droit, chacun, de confondre l'assassin en désignant les deux cartes qui correspondent au crime (celles qu'il avait choisies en début de manche).
Tout bête, mais ça roule du feu de Dieu.
Vous me direz : « Oui, mais le témoin n'est pas un peu trop avantagé, mon cher ami ? » (vous n'êtes pas obligé de me compter comme ami, mais si vous voulez que je vous réponde, je vous le conseille cependant).
Alors, je vous répondrais que le témoin prend le risque d'être découvert par l'assassin et son complice qui peuvent l'éliminer pour remporter la manche.
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default