Par Reiner Knizia
Illustré par John Howe
Édité par Tilsit, Kosmos et Fantasy Flight Games
2 à 5 joueurs
Nombre de joueurs
10 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
32,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Sus aux ennemis

6,0

Type de jeu : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (oui, tout le monde), mais pas les vilains ennemis pas beaux
Nombre de parties jouées : 4

Avis compendieux : Le rajout des ennemis ajoute un aspect intéressant au jeu. Cependant, il devient à mon avis quasiment impossible de terminer le jeu : on tire tellement de cartes ennemis que soit on croule sous le nombre, soit on termine la partie en les éradiquant tous. Le premier scénario est vraiment très dur et peut laisser sur les rotules. Bref, une extension pas forcément indispensable, à réserver à ceux qui ont aimé le jeu de base mais s’en sont (et Dalila) lassés.

Clarté des règles (4) : Il aurait été superfétatoire de reprendre les règles intégrales en insérant les rajouts (en rouge, comme dans Civilisation ; c’était en bleu en fait je crois), mais pourquoi pas. Mais sinon c’est clair, hein, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

Qualité du matériel (3) : Les ajouts, ben ma foi, des cartes en plus, un plateau et des autocollants, rien de révolutionnaire par rapport au jeu de base. Sauf que ça rend le jeu cher.

Reflet du thème (4) : Là au moins, on les voit les ennemis, et on leur coupe la tête au fur et à mesure qu’ils sortent. Mais ça reste dans la mouvance du jeu de base, mi-figue mi-raison.

Avis comportant ratiocinations et autres superfétations : Le rajout des ennemis semble condamner la possibilité de finir sur le volcan (la montagne du destin, donc). On ne peut guère gagner qu’en zigouillant tous les ennemis (on peut, c’est que des gros méchants). Ce qui fait que si on joue la course aux points (c’est quand même ça, le but, pas seulement de gagner), on va assez peu loin (mais les ennemis occis en rajoutent, des sortes de scalps, quoi). Le mieux, pour avoir le plus de points possibles, est de couper la tête aux ennemis quand ils sortent et d’en garder un vivant une fois la pile épuisée, il est inoffensif. On va ensuite le plus loin possible, et quand ça tourne trop au vinaigre, on lui fait son affaire (au dernier des mohicans). Mais on risque de perdre à ce compte, parce qu’on est très affaibli par la tirage de tous ces ennemis. Mais de toute façons, ce jeu est un jeu d’usure, pas facile d’avoir beaucoup de cartes en main à la fin (sauf chance). Mais justement l’intérêt de cette extension est de limiter l’aspect chance du tirage des tuiles, vu que de toutes façons, quand on tire une tuile, il ne peut nous arriver qu’une tuile. Donc, même si je leur mets la même note, je préfère le jeu avec l’extension (je ne connais pas l’extension Sauron).

Commentaires

Default