Space Hulk - Death Angel
Ce jeu est sorti le 20 sept. 2010, et a été ajouté en base le 20 sept. 2010 par Docteur Mops

édition 2010
Par Corey Konieczka
Édité par Edge Entertainment
Distribué par Millennium

Standalone 4 extensions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Space Hulk en cooperatif: excellent!

Testé (et acheté dans la foulée) au Monde du Jeu 2010.
J'étais un peu dubitatif la première fois que j'ai appris que FFG allait faire un jeu de cartes coop sur SH. Grand fan de toutes les éditions du chef-d'oeuvre de Games Workshop, c'est avec beaucoup de préjugés que je me suis installé à une table avec 4 autres joueurs sur le stand de Edge.
Après une explication des règles relativement courte et claire, j'ai pris possession de de mon squad de terminators (chaque joueur contrôle un squad de 2 terminators, 2 squads à 1, 2 ou 3 joueurs).Et là, l'éclate totale! On se retrouve rapidement sur la brèche, cerné par les Genestealers et tous les choix tactiques sont cruciaux (bien positionner les spécialistes du corps à corps, protéger l'archiviste, etc). On met en place diverses tactiques avec ses frères d'armes Blood Angel et on progresse dans le Space Hulk vers la dernière salle.
Le mécanisme de génération des Stealers est très bien fait et les cartes tactiques tirées à chaque tour rajoutent un élément de tension à un jeu qui n'en manque pas!
Les combats sont violents et mortels (ce qui est la moindre des choses pour un jeu Space Hulk!), mais avec une bonne coordination de l'équipe et le système de soutien, qui permet de relancer les dés, on arrive à s'en sortir. Nous nous sommes fait submerger dans la dernière salle, alors que nous n'étions plus que 4 terminators, mais avec une furieuse envie de recommencer une partie afin de mettre en place d'autres tactiques.

En bref, un excellent petit jeu de cartes nerveux, tactique et tendu, qui recrée de façon surprenante l'ambiance étouffante et stressante de Space Hulk. Une vrai réussite!

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default