El Alamein
2 à 5 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Sous le soleil de Lybie, les filles sont jolies...

10,0

Pour plus de détails, lire mon avis sur Barbarossa.

Je ne développe ici que les nouveautés d'El Alamein par rapport à Barbarossa.

Tout d'abord, mêmes si les mécaniques globales restent les mêmes, les différentes capacités des nouvelles cartes et les combos assocciés créent davantage de tensions entre les joueurs.

Par exemple, auparavant il existait trois sources de ravitaillement, soit environ quarante cartes à l'achat. Désormais, le ravitaillement est limité et il faut se battre pour obtenir les escadrilles de Luftwaffe qu'il faut faire comboter avec les navires de ravitaillement, soit environ 20 cartes.

Jouer contre les autres en volant des cartes indispensables devient enfin intéressant.

Mais la grande nouveauté d'El Alamein tient à la gestion très différente des batailles pour les villes (PV). D'ailleurs, ces dernières sont toujours peu nombreuses et de difficulté/PV variable, mais classées, ce qui limite l'aléatoire de la distribution.

Maintenant, à chaque fois qu'une ville est attaquée, il faut comme à Barbarossa tirer des événements qui viennent modifier la difficulté + tirer des événements qui viennent renforcer un nouveau deck, à savoir l'armée anglaise.

A Barbarossa, peu importait que son armée se fasse ratiboiser dans l'attaque de la ville, l'objectif une fois pris l'était pour le reste de la partie.

Sauf qu'à El Alamein, l'armée anglaise peut contre-attaquer, grâce à 6 cartes événement contre-attaque. Et là c'est pas drôle, car si le joueur qui subit la contre-attaque a plus de troupes en réserve, il perd une ville. Puis c'est au joueur suivant de subir la contre attaque, etc... Gare aux attaques mal préparées et hasardeuses, c'est la baffe assurée.

Tout cela fait d'El Alamein un jeu plus exigeant dans la construction du deck, plus poussé vers l'interaction et plus difficile dans les conditions de victoire. Chaque partie est un nouveau challenge et on en redemande. Jamais un deckbuilder ne m'a procuré autant de plaisir et de satisfaction ludique.


NB : il est possible de mélanger les deux jeux en choisissant l'une ou l'autre règle, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée tant les deux jeux ont une cohérence propre.

Commentaires

Default