Souffre, petit joueur, souffre !!!

7,8
Vous savez, il y a des jeux qui provoquent beaucoup d'enthousiasme lors des premières parties et qui finissent par ne plus jamais être sortis.

J'ai eu peur que cela soit le cas avec Shadowrun : j'avais enchaîné une vingtaine de partie la semaine suivant son achat, puis je l'ai installé dans mon armoire sans avoir envie d'y rejouer. Les mois passaient et je me disais que mon achat n'était peut-être pas une si bonne idée.

Eh bien non, parce que j'ai soudain eu envie de le ressortir et que j'ai à nouveau enchaîné les parties ! Toujours la même mission en plus : on est face à des ennemis de plus en plus nombreux et de plus en plus forts... mais c'est toujours aussi fun !
En fait, ce qui me plaît dans ce jeu, c'est sa rapidité, son intensité et sa possibilité de jouer en une sorte de campagne et de faire progresser ses personnages (attendez-vous à devoir y jouer des centaines de fois pour espérer les rendre le plus puissant possible). Et c'est addictif ! On a sans cesse envie d'y rejouer, malgré les défaites cuisantes. Car oui, ce jeu est très difficile ! La moindre erreur peut être fatale. Et même si on pense ne pas avoir fait d'erreur, il arrive qu'on perde malgré tout.

J'avais eu un peu de retenue en voyant que le jeu n'était pas vraiment conseillé au solitaire pour la raison qu'il faille jouer deux personnages la plupart du temps. Eh bien ça se fait tout seul, en fait ! Les decks des personnages sont suffisamment petits (sept cartes au départ seulement) pour que l'on s'y retrouve sans problème.

Il y a tout de même un truc que je trouve amusant avec ce jeu. Etant donné sa mécanique qui est de poser des cartes de différentes couleurs pour vaincre des obstacles, on pourrait se dire que le thème est complètement plaqué. Pourtant, j'ai vraiment l'impression de me battre contre une armée de vilains pas beaux ! C'est d'ailleurs tout juste si je n'entends pas de musique dynamique derrière.

Je conclurai en disant que je ne connaissais pas du tout l'univers de Shadowrun (tiré d'un jeu de rôle) avant l'achat, et que c'est à peine si je le connais plus, désormais. Mais cela ne gêne en rien la sensation d'être plongé dans un univers un peu fou (même si pratiquer le jeu de rôle doit renforcer l'immersion).

Allez-y, ça va saigner !

Commentaires

Default