Ce jeu est sorti le 19 nov. 2010, et a été ajouté en base le 16 nov. 2010 par Monsieur Phal

édition 2010
Par Klaus-Jürgen Wrede
Illustré par Doris Matthäus
Édité par Hans im Glück et Filosofia
Distribué par Asmodee et Filosofia

Standalone 10 extensions

Si il devait n'en rester qu'un...

Ce serait sans aucun doute lui... (aussi solide que les remparts de la ville du même nom)

Découvert dans les années 2003-2005, j'ai ressorti dernièrement cette boîte avec une immense pointe de nostalgie ("Sehnsucht versteckt sich wie ein Insekt") et une certaine appréhension. Vais-je retrouver la magie de mon adolescence en ressortant cet illustre aïeul, procure t'il toujours les mêmes frissons ludiques ? Et bien oui... malgré des dizaines et des dizaines de parties, il reste un pilier indémodable des jeux de sociétés modernes et ceux pour différentes raisons :

  • son accessibilité et la simplicité de ses règles : ce jeu adapté aussi bien aux adultes ou aux ados de tout âge, quel que soit l'expérience ludique avec une durée bien proportionnée (10-15 min d'explication pour une petite heure de jeu)
  • un matériel au niveau (on a fait mieux depuis [graphiquement parlant] mais on a fait également bien pire!!!). Sans Carcassonne, les meeples n'auraient sans doute pas la même forme et la même saveur
  • les différentes stratégies qui sont bien jalonnées (stratégie à long terme avec les paysans, stratégie à court terme lorsqu'on bâtit les routes, à moyen terme avec une dose d'opportunisme et de prise de risque avec les villes)
  • le plaisir de bâtir son aire de jeu (c'est tout bête mais construire une agglomération ça a son petit charme enfantin et sympathique comme les dominos). En cela, je trouve que l'immersion est bien présente.
  • le hasard de la pioche : le point noir de tout stratège mais qui est parfaitement adapté à ce jeu car il emmène une grande rejouabilité et une adaptation des joueurs toujours constante
  • La "propreté du jeu" au niveau éditorial : tout est calibré, aucun bug, l'édition est maîtrisée de bout en bout sans avoir grand chose à redire

Pour moi, aucun point faible particulier si l'on considère les premières versions et extensions (jusqu'à Fée et Dragons). Après tout se gâte...

Herr Wrede a trop tiré sur cette "licence", on va dire qu'il a chopé le même syndrôme que Days of Wonders avec Magic : le syndrôme du commerce galopant et triomphant. En, reregardant le nombre incalculable d'extensions/variantes rééditions, on frise la crise d'apoplexie et/ou une crise de rire. J'ai du mal à me retenir d'éclater de rire devant des noms très évocateurs comme Carcassonne-les Mers du Sud, Carcassonne-Mayflower, Carcassonne-le fantôme, Carcassonne à la préhistoire, mon premier Carcassonne... pfff pfff pfffff... Je pense que l'auteur pourrait sans doute se permettre de vivre sur cet acquis et éviter la surenchère pour ne pas ruiner l'oeuvre originelle. Rendez vous compte qu'il faut sans doute plus de 150€ pour avoir toute la collection avec des tuiles vraiment très inutiles ("La Rivière", "le Fantôme", "l'Aeronef"... j'en passe et des meilleurs).

Bref, nonobstant ces dérives "très/trop humaines", Carcassonne reste une valeur sûre, un jeu qu'il faut pratiquer au moins une fois dans sa vie ludique, tellement il a inspiré de centaines d'autres jeux. Disons que c'est un des piliers comme La Fontaine pour la poésie, Socrate pour la philosophie ou Loana pour la téléréalité. On se doit vraiment de le pratiquer au moins une fois au même titre que Magic, Tikal et Puerto Rico*. Peu de jeux, à mes yeux, peuvent accéder à cette stature : peut-être "7 Wonders", "Dominion", "Dixit", on verra dans 5-6 ans !!!

Une chose est sûre que Grand Papa Carcassonne sera présent et toujours aussi vaillant, c'est résistant cette petite bêbête là, il est né la même année que Tric Trac c'est pour vous dire !!

* J'ai omis sciemment les colons de Catane (grrr que ce jeu est indigeste brrrr), je reste français avant tout et préfère définitivement les remparts de Carcassonne à la Sicile....

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default