Cyclades
Ce jeu est sorti le 4 janv. 2010, et a été ajouté en base le 24 août 2009 par 20.100

édition 2009
Par Bruno Cathala et Ludovic Maublanc
Illustré par Miguel Coimbra
Édité par Matagot
Distribué par Millennium

Standalone 4 extensions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Si classe !!!

Cyclades est l'exemple même du jeu "entre deux eaux" (arf - jeu de mots inside ) qui réussit le pari d'ouvrir un jeu de stratégie intelligent au public le plus large tout en ne laissant pas mourir de faim les hardcore gamers avides de reflexion. Comprenez que les mécanismes sont (relativement) simples et intuitifs pour une profondeur de jeu assez intense et un thème bien exploité.

Le thème, parlons-en, repose sur les luttes d'influence dans l'univers très porteur de la Grèce antique et de sa mythologie. Ce dernier est extrêmement bien servi par un matériel magnifique : pions trirèmes et soldats détaillés, et d'ailleurs, tous différents en fonction du peuple choisi, plateau attrayant et adapté au nombre de joueurs, cartes dans le style des arts picturaux sur céramique de l'époque, et que dire des figurines représentant les créatures mythologiques, à faire pâlir de jalousie Apollon lui-même (bon ok, elles ne restent pas souvent très longtemps sur le plateau de jeu mais quand même !) ...

La mécanique repose quant-à-elle sur des systèmes simples et éprouvés, qui fusionnés, donnent un joli résultat : enchères, placement et déplacement, conquête, achat de bonus et de points de victoire, diplomatie... En gros, au début du tour, on tente, via une phase d'enchères de s'attirer les faveurs de l'un des dieux disponibles pour pouvoir effectuer une ou plusieurs actions qui lui sont propres. Par exemple, Arès permet de fabriquer et déplacer des forces armées ou de bâtir des forteresses (bonus défensif) tandis que Athéna permettra d'acquérir des philosophes et des académies (nécessaires à la construction des métropoles), Apollon procure de l'argent et des ressources permanentes sur le plateau etc... Cette phase d'enchères permet aussi de s'attribuer des actions bonus (en payant un coût supplémentaire) via les créatures mythologiques (dont certaines sont vraiment terriblement efficaces) et de déterminer le premier joueur du prochain tour.

Cette mécanique simple cache en réalité un jeu offrant de nombreuses possibilités stratégiques : par exemple on pourrait considérer que l'argent est le nerf de la guerre puisqu'on paye pour effectuer quasi-toutes les actions, et se lancer dans de belles confrontations pour s'approprier les ressources sur le plateau. Une deuxième possibilité, plus pacifique, consisterai quant-à-elle à récupérer des prêtres pour faire baisser le coût des actions. Une troisième option serait pourquoi pas de voler purement et simplement le trésor des autres à moindre frais en louant le service d'une créature sournoise et perfide... gnak gnark !...

Autre exemple : Pour gagner, il faut avoir construit deux métropoles, en bâtissant les quatre types de bâtiment nécessaires et surtout, en les conservant sous son influence... On peut aussi réunir, pour le même tarif, quatre philosophes; ces derniers sont plus compliqués à subtiliser pour les adversaires mais ne confèrent pas de bonus particulier pendant le jeu...

En conclusion, Cyclades est donc un jeu à la fois divinement superbe et "mythiquement" intelligent qui sait se rendre accessible pour le commun des mortels que nous sommes. Pour moi, il est du calibre des plus grands titres ludiques et mérite sa place au panthéon, c'est aussi simple que ça !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default