Ce jeu est sorti le 7 nov. 2008, et a été ajouté en base le 5 sept. 2008 par 20.100

édition 2008
Par Donald X. Vaccarino
Illustré par Matthias Catrein
Édité par Rio Grande Games, Hans im Glück et Filosofia
Distribué par Asmodée

Standalone 9 extensions 9 éditions

Seulement 3268760 parties et on en a fait le tour ^^;

Dominion est un bon jeu, c'est indéniable. Il présente certains attraits des jeux de cartes à collectionner (JCC) sans en être un, et donc sans le défaut lié à la nécessité de collectionner, et ainsi de dépenser à outrance. De plus il est très riche au vu de la simplicité de l'expliquer, et la courte durée d'une partie permet facilement d'en enchaîner plusieurs.

La principale caractéristique de Dominion c'est ce côté deck building (construction de notre paquet de jeu). Cette composante stratégique essentielle dans les JCC est effectivement bien là, mais elle est toutefois fortement différente. En effet, si dans un JCC on s'amuse à se creuser la tête pour savoir quelles cartes on va mettre dans notre deck, et si au final on en met effectivement plusieurs en double, triple et plus, notre choix se fait dans une collection bien plus grande que les 10 cartes qui nous sont proposées dans une partie de Dominion. Cela garantit aussi que les decks qui nous seront opposés seront selon toutes probabilités très différents du nôtre, alors que dans Dominion ils se ressembleront beaucoup.

Alors oui d'accord, d'une partie à l'autre, ça change. On prend 10 cartes parmi 25 existantes, ce qui garantit un nombre de combinaisons largement suffisant, d'autant que pas moins de 6 extensions sont d'ores et déjà prévues. Mais le résultat est que là où un JCC propose une première phase stratégique de construction suivie ensuite de l'épreuve du feu tactique pour notre création, Dominion ressort plus comme un jeu d'optimisation pure, à la limite de l'abstraction.
Optimisation car il s'agit uniquement de monter le deck qui sera le plus rapide pour engranger les points de victoire nécessaires.
Abstraction car le thème plutôt banal ne transparaît que superficiellement. Dans le fait d'acheter des cartes je n'ai jamais eu le sentiment de construire des villages, de commanditer des troupes d'espions ou d'organiser des marchés et autres festins. Pour gagner, je n'agrandis pas mon territoire : j'achète des points de victoire. Et pourtant je suis plutôt bon public en ce qui concerne l'immersion dans un thème, même artificiel.

Côté jeu, ça tourne bien, c'est fluide, mais les débuts de partie peuvent être un petit peu pénibles à force de remélanger son deck tous les 2-3 tours (sans parler du danger relatif pour les cartes), et les fins de partie peuvent bien ralentir lors de certaines configurations où se succèdent des cartes redonnant des actions...

Enfin, au niveau visuel Dominion souffre de cette parenté avec les JCC. D'un niveau satisfaisant pour un jeu de plateau, Dominion fait pâle figure à côté des images bien nettes et colorées que l'on trouve dans cet autre univers ludique. Ses illustrations tristounettes (trop d'ombres et de couleurs froides) se démarquent peu les unes des autres et on prendra vite l'habitude de reconnaître les cartes à leur titre plutôt qu'à leur dessin. C'est d'autant plus dommage que le nombre restreint de cartes différentes aurait dû permettre au contraire plus facilement de soigner cet aspect. Regardez par exemple les illustrations de Race for the Galaxy...

En conclusion, Dominion est un très bon jeu de cartes dans l'absolu mais qui manque pour moi un petit peu trop d'une âme.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default