Sarah's Vision

de Anthony Howgego
Sarah's Vision
7.50 
2 avis

Description du jeu :

Sarah's Vision est un jeu de société coopératif dont l’histoire a pour cadre l’an 2163. Autant dire que, dans 150 ans, le rôle d’un assureur ne sera plus, comme aujourd’hui, celui d’un gestionnaire de... En savoir plus

Achetez ce jeu sur :
Ce que l'on aime
Aucun pour ou contre
Ce que l'on n'aime pas
Aucun pour ou contre
Catégories

Science-fiction capitaliste et tour Jenga

Sarah’s Vision est d’abord mystérieux parce qu’il sort complètement des sentiers traditionnels de distribution et de promotion des jeux de société modernes. Ensuite parce que malgré l’inexpérience manifeste dès les règles de Baloise Group, Sarah’s Vision témoigne dans ses trailers, sa mécanique très originale, le soin impressionnant apporté aux illustrations et à son univers d’une véritable maturité éditoriale. Il est ainsi paradoxal que l’équipe conséquente qui en est responsable ait produit un résultat aussi profondément satisfaisant à certains points de vue, et aussi amateurisant à d’autres.

Sarah’s Vision est également surprenant par sa simplicité. À voir la taille de la boîte, on pourrait imaginer un jeu extrêmement complexe, et pourtant les règles s’en expliquent en une dizaine de minutes, et sont ensuite assez intuitives pour qu’on n’ait jamais à se reporter au manuel de jeu. Simples et claires, dès que l’on a surmonté son appréhension linguistique, elles encadrent cependant un jeu avec une véritable profondeur tactique dans la gestion des risques à venir, et la communication pour s’en prémunir et protéger ses clients… Un jeu qui nous met vraiment dans la peau d’assureurs quand on y réfléchit, sans du tout trahir cette dimension dans son univers ou au cours des parties, grâce à un très beau travail d’intégration des mécaniques dans la diégèse. D’autant que cette coopération est davantage ressentie comme état d’esprit que comme mécanique : on ne donne pas ses cartes aux autres, on ne se développe pas chacun dans son coin contre un ennemi commun, mais on partage tout, on joue comme un seul homme, ou plutôt comme une seule institution, représentée par tous ses courtiers.

Sa simplicité pourrait nuire à sa dimension narrative, et en effet, on découvre vite que les « scénarios », complètement spoilés par les règles du jeu, ne cherchent simplement pas à rivaliser avec Betrayal Legacy ou un T.I.M.E. Stories. À vrai dire, Sarah’s Vision devient même plus immersif dès lors qu’on rejoue en abandonnant les cartes Histoire, et que l’on peut s’apercevoir que la vraie histoire est contenue dans les péripéties des cartes Événement, autrement plus tendues, plus dramatiques, qu’une intrigue relativement plate et stéréotypée. J’aurais tendance à retenir cela en faveur du jeu malgré tout, parce qu’il semblait presque impossible de faire d’un jeu aussi abstrait, utilisant une tour Jenga, une oeuvre narrative, et que les illustrations et les cartes Événement s’avèrent impressionnants d’immersion, tout en garantissant une parfaite rejouabilité.

Je doute que l’on puisse attendre une extension d’une production aussi hors normes que ce Sarah’s Vision, alors qu’elle aurait indubitablement son charme. Si le prix de 75 euros me paraît élevé – bien qu’il corresponde assurément au travail de conception, d’illustration et d’édition réalisé – je trouverais sincèrement sa présence pertinente en boutiques et dans les bars à jeux, parce qu‘il mérite vraiment d’être mieux connu de la communauté des joueurs, et même plus généralement d’un public familial auquel il est parfaitement accessible, pour les sensations très intéressantes qu’il procure. Dans un monde idéal, un plus grand succès pourrait même justifier un nouveau tirage, avec une réécriture des règles qui rapprocherait Sarah’s Vision du rang de prétendant au titre de jeu du moment…

L'intégralité du test est lisible sur VonGuru : https://vonguru.fr/2019/05/21/sarahs-vision-seule-la-cooperation-sauvera-lan-2163-de-lobscurantisme/

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default