Ce jeu est sorti le 29 mars 2008, et a été ajouté en base le 18 déc. 2007 par Monsieur Phal

édition 2008
Par Sébastien Pauchon
Illustré par Mathieu Leyssenne
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 1 extension
35,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Scenes From a Memory

Metropolys est un jeu pour lequel je m'attendais au départ à être déçu. Il faut dire que j'ai d'ordinaire beaucoup de mal à appréhender les systèmes d'objectifs secrets dans les jeux, et quelques parties sur le proto m'avait fait craindre que le jeu soit difficile à contrôler, notamment en raison de l'imprévisibilité de ces objectifs. Pourtant, finalement, il n'est est rien: la version éditée m'a largement convaincu, et plusieurs mois après je ne m'en suis toujours pas lassé.

Metropolys est un astucieux mélange de placement, d'enchères et de bluff, qui malgré son poids moyen se révèle vite plus subtil qu'il n'y parait, tout en étant d'une fluidité remarquable. Presque autant que le placement, la gestion du timing, notamment, est très agréable ; elle s'intensifie même au cours de la partie, alors que des opportunités de coups en cascade se dessinent, et que le risque d'une fin prématurée se précise. Le jeu est en outre tout aussi intéressant dans ses différentes configurations, avec un côté opportuniste plus marqué à trois et quatre, où il devient plus difficile d'anticiper les déplacements des appels d'offre. Et finalement, il est clair que ce sont les objectifs secrets qui lui donnent toute sa saveur; sans eux, le jeu serait certainement beaucoup plus froid et calculatoire, et du fait de leur nombre limité, il est de toute façon largement possible de les anticiper. Malgré le design plutôt fidèle à l'univers de Fritz Lang, Metropolys n'en demeure pas moins relativement abstrait, avec une mécanique très épurée, mais c'est pour moi une belle réussite, qui a tendance à sortir souvent de mes étagères.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default