Ce jeu est sorti le 20 mai 2008, et a été ajouté en base le 15 mai 2008 par Monsieur Phal

édition 2008
Par Michael Rieneck et Stefan Stadler
Illustré par Michael Menzel
Édité par Filosofia
Distribué par Asmodée

Standalone 1 extension 2 éditions

Santiago Senior

Cuba est beau, son plateau est chaud, ses octaèdres (!) et ses bouteilles de rhum en bois peint, ses cartes, ajoutent au plaisir du matériel dont on a envie de se servir.

Cuba développe quelques bonnes idées : l'apparition de lois à chaque tour qui offrent bonus ou malus (et qu'on peut contrer), une gestion de son plateau de production sur lequel on construit ses bâtiments (mais si je construis, je produis moins), la corruption (qui permet une souplesse de gestion de ses personnages).

Tout comme les cigares disponibles pendant la partie, Cuba fait fumer le cerveau. Les choix sont nombreux, évidemment cornéliens, évidemment impossible à réaliser dans leur globalité. Pour gagner, il faut avoir une ligne directrice, mais aussi être opportuniste, acheter au moins cher, revendre au plus élevé et charger les bateaux au bon moment.

Le jeu est court, il est très difficile de développer un parc immobilier qui tourne tout seul avant la fin et permet sans trop se fouler d'engranger les points de victoire, d'où cet opportunisme cité au dessus. Ill sera préférable, quand la possibilité se présentera, d'abandonner sa stratégie, pour réussir un bon coup.

Cuba n'est pas un jeu novateur, il ne se hisse pas non plus dans le peloton de tête du jeu de gestion/ressources... mais mérité une bonne note de par sa fluidité de jeu, sa tension et, car c'est aussi un plaisir des yeux, son design chaleureux.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default