Ce jeu est sorti le 11 déc. 2009, et a été ajouté en base le 28 oct. 2009 par Monsieur Phal

édition 2009
Par Paolo Mori
Illustré par Mariano Iannelli
Édité par IELLO
Distribué par IELLO

Standalone 2 éditions
35,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Rue Gama

Vasco Da Gama n'est pas un jeu novateur.
Vasco Da Gama n'invente rien (ou presque).
Vasco Da Gama est un thème rébarbatif.
Vasco Da Gama fait du neuf avec du vieux.

Seulement voilà : c'est bigrement bien foutu.
D'abord, pour être tout à fait juste, il y a ce système de choix d'action assez original, il faut le reconnaître. Heureusement d'ailleurs qu'il est là puisque le jeu tire toute sa substance de cette phase.
Ensuite, ce n'est pas une bête mécanique froidasse. En effet, le jeu comporte une large part de risque qu'il faut savoir évaluer, et surtout prendre à un moment donné si l'on veut espérer faire un bon coup(les actions vont-elles être gratuites ?). Oui, il y a une part de chance, mais elle vient rompre la monotonie accablante qui est le lot des pures mécaniques savantes. Contrairement à beaucoup d'autres jeux dans le genre, il n'est guère possible ici d'improviser et de saisir des opportunités : on planifie finement ses actions, et on prie pour que ça se passe bien. Il y a du monde sur la place comme dans une vieille publicité pour lessive : ça se bouscule pour jouer avant tout le monde, au moins pour parvenir à faire les choses dans l'ordre, à prendre un projet pas trop pourri qu'on va pouvoir lancer, mais tout ça sans heurts, dans la joie et la bonne humeur. Et surtout, il ne faut pas oublier l'argent, crucial dans ce jeu (le nerf de la galère ?). Il est difficile de trouver des fonds, et un manque d'argent peut tout faire capoter votre projet.
Enfin, c'est vrai que le lancement des projets nécessite un peu de réflexion quand même (vaut-il mieux pécho les points de victoires, ou que le bateau envoyé reste plus longtemps en jeu ? Et puis aussi, si je le place là, il bloque tout le monde...).
C'est au final très touffu. On regretta l'utilité limitée de Girolano Sernigi, personnage permettant d'envoyer des bateaux gratuitement, puisque ceux-ci sont en quantité très limitée et donc rapidement indisponibles.
A part ça, c'est plaisant et tendu, et la perspective d'une nouvelle partie bienvenue.
Après plusieurs parties, je change ma note, et la passe de 4 à 5 !!! C'est un excellent jeu, très subtil et original (finalement), et tout en tension, qui accepte sa part de chaos sans broncher puisque le système repose en partie dessus, et ça, ça nous change des jeux à la mécanique huilée comme des engrenages d'usine.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default