Roots

Jouer en 2009 à FMP c’est replonger 20 ans en arrière : on a ici affaire à un jeu riche en possibilité et où la moindre erreur arrive vite et se paie cash. Dans un sens cela rappelle un peu les 1ers jeux vidéos, beaucoup plus exigeants que ceux produit aujourd’hui.
Le matos (figurines en métal, cailloux) colle bien avec l’esprit du jeu et participe à ce voyage dans le temps.

Il me paraît difficile aujourd’hui de se lancer dans un tel jeu, mais le tester au moins une fois est une expérience très intéressante, même si le fait de garder des points d’action pour un tour suivant me paraît hyper bourrin, et que les règles de déplacement sous le feu ennemi sont difficiles à assimiler.

A noter que le concept des marées de ce jeu est absolument génial, puisqu’il modifie chaque tour les possibilités de déplacement.

Un monument que j’adulerai sans doute si je l’avais découvert à sa sortie (et si j’avais été plus vieux à l’époque), mais qui accuse tout de même le poids de l’âge.