Rien de nouveau sous le soleil d'Egypte

6,0

Après avoir entendu de bons echos sur ce jeu lors du salon d'Essen, il a bien fallu que je m'y intéresse lorsque l'occasion m'en fut donnée. Et autant le dire tout de suite, si je trouve ce jeu bon, je n'envisage pas pour autant de lui faire rejoindre ma ludothèque.

Thème : Aaahh, l'Egypte. La descente du Nil, les ouvriers en pagne sous le soleil, les pyramides. Ca fait rêver... Enfin, ça fait rêver les autres, surtout. Parce que moi, les thèmes egyptiens, c'est le gros bof, fait trop chaud pour moi là-bas.

Matériel : On est dans le grand classique d'aujourd'hui. Plateau joliment illustré, quelques jetons en carton et des pions en bois qui auraient pu aussi bien être des cubes mais ont eu le bon goût de prendre une forme un peu différente, ce qui n'y change cependant pas grand chose... Le style graphique utilisé et les couleurs fondent littéralement ce jeu dans l'ensemble de la production actuelle...

Mécanismes : Egizia est un jeu de placement d'ouvriers, genre abusivement surexploité depuis que Caylus en a lancé la mode. Ici les ouvriers sont des bateaux qui occupent des places le long du Nil, et c'est là que l'on a un petit peu d'originalité : ils doivent être placés dans un certain ordre : du haut du fleuve vers la mer. Comprenez par là que si une action vous intéresse particulièrement, vous pouvez vous jeter dessus, mais vous vous limitez alors de façon importante dans le nombre d'actions que vous effectuerez alors dans le tour puisque vous ne pourrez pas remonter au-dessus de votre nouvelle position. A l'inverse si vous attendez trop pour profiter des actions situées au-dessus, alors vous prenez le risque qu'un autre joueur ne prenne avant vous cette action qui vous est si chère. C'est simple et malin.

Le décompte des points : On en marque à plein d'endroits. Trop d'endroits : ça aussi c'est très à la mode. On en marque tellement partout que finalement on en aura quasimment quoiqu'on fasse. Tout au plus les cartes bonus que l'on peut obtenir au sphinx en font-elles gagner plus si on a un tout petit peu de chance.


En conclusion, ne boudons pas notre plaisir. Egizia est plaisant à jouer, et bien équilibré en complexité comme en durée (comparables à Yspahan par exemple). Mais en dehors de cela, on reste dans le déjà vu. C'est juste un nouveau titre pour renouveler ce que l'on pose sur la table, mais on conserve les sensations et le gameplay que l'on a déjà pu obtenir à de nombreuses reprises ces dernières années. Dans le style "rien de neuf mais ça tourne bien" je préfère très largement le dépaysement différent de Diamonds Club dont le matériel présente une identité bien plus marquée.

Commentaires

Default