Retournage de cerveau en perspective

sur Kenjin
9,0

Premier constat: Kenjin est superbement illustré. La boîte du jeu tape directement dans l’œil et ce qu'il y a dedans est du même niveau. Bravo à monsieur Biboun.

Pour ce qui concerne les mécaniques, on a faire a du retournage de cerveau pur et dur. Il faut en effet essayer de deviner les intentions de vos adversaires et de les induire en erreur quant aux vôtres. Et ça devient vite du "ci je fait ça il va se dire que je vais me dire qu'il va se dire que je fais ça, du coup je vais faire plutôt ça en espérant qu"il va se dire que je vais me dire que ..."

En plus il y a tellement de choix en début de partie tant que l'on a toute son armée en main que le démarrage n'est pas forcément évident. Le temps de réfléchir sur sa stratégie en fait. Alors lorsque c'est la première fois que l'on joue à Kenjin, au début on est pétrifié par l'idée que l'on va forcément commettre une erreur. Mais il faut se lancer, c'est comme ça que l'on maîtrisera les mécaniques du jeu. Et on essaiera de rectifier le tire lors des prochains tours le cas échéant. Dès la deuxième partie on sera déjà beaucoup plus à l'aise.

Mais malgré ce côté perturbant, l'intelligence des mécaniques transparaît rapidement. Et voir nos coups de bluff, nos déductions ou carrément toute notre stratégie faire mouche est très jouissif.

Je n'y ai joué qu'à trois mais j'ai vu que les configurations selon le nombre de joueurs sont assez différentes les unes des autres. Ce qui j'imagine change aussi la physionomie des parties de ce jeu que j'ai beaucoup apprécié.

Commentaires

Default