Remparts et ne te retourne pas !

6,4

St Malo est un jeu de dés habilement camouflé sous un décorum à l'allemande de pose de bâtiments, de personnages, d'attaque de pirates, de défense, de marchandises etc....

A le lire comme cela, on pourrait facilement être embrouillé: il faut bâtir des églises de plusieurs niveaux qui, si vous y collez un prêtre, donneront encore plus de points à la fin. Idem pour les marchandises et le marchand, les bâtiments et l'architecte. Vous pouvez placer des soldats pour contenir les pirates, amenez un jongleur qui multipliera ses points s’il est en contact avec d’autres personnages...etc... ouhlalalala, tout ça.

En vérité, St malo est un jeu de dés, et du moins au début, les dés orientent vos choix: si vous tirez 4 bois sur 5 dés, vous allez faire du bois.

Le but est de remplir l'intérieur des remparts le mieux possible pour gagner des points.

Mais, dés obligent, on ne fait pas ce qu'on veut (ou alors si on a des sous)(tiens donc!).

C'est faussement stratégique mais laisse une certaine souplesse au joueur qui ne subira pas totalement le jeu (enfin, pas plus qu'à "l'âge de pierre " par exemple).

Reste le matériel: des plaques transparentes et des marker lavables. C'est sûr ça aide à garder le prix au plus bas, mais ce n 'est pas très glamour, surtout qu'un accident (oups ma manche) est vite arrivé.

Pour notre partie, notre Mj (!) a sorti des figurines de "clash of culture" pour faire les personnages et des remparts, des pirates, des coffres et canons de "pirates" pour faire des personnages, des matériaux de "l'âge de pierre" pour les matériaux...etc.... pas moins de 7 boites pour avoir la 3D. Un peu bariolé mais plus sympa. On comprend mieux pourquoi les feutres dans le jeu de base et pas une débauche de meeples, jetons et accessoires.

C'était ça ou 45 e pour un jeu de dés...et là on aurait fait la grimace.

La visite de St Malo est donc plaisante et on peut se laisser tenter d’y retourner une paire de fois, avant que cela ne devienne trop répétitif.

Commentaires

Default