Remarquable travail d'édition

sur Mysterium
10,0

Au vue des illustrations présentées en amont et de l’ambiance qui se dégageait de l’ensemble, l’attente suscitée autour de ce jeu était bien réelle. Attente d’autant plus importante que les critiques de la part de ceux qui ont pu s’essayer à la version polonaise de chez Portal Games étaient plutôt enthousiastes. La communication, très bien maîtrisée par Libellud du début à la fin, laissait présager du meilleur. A raison ?

Un remarquable travail d'édition

Libellud frappe fort, très fort. Le travail d’édition est remarquable. Là où d’autres auraient pu se contenter d’un simple portage en ne traduisant que les règles, Libellud a entamé une refonte à la fois esthétique et ergonomique pour magnifier l’expérience de jeu sans la dénaturer. On ne peut qu’être bluffé à l’ouverture de la boîte, d’autant plus que le prix du jeu est plus que correct au vue de la qualité et la profusion du matériel.

Des pions en forme de boule de cristal pour représenter les joueurs, des grandes cartes format Dixit aux illustrations différentes, un compte-tour en forme d’horloge, un paravent… bref, tout est fait pour plonger le joueur dans l’ambiance d’un manoir où les joueurs vont devoir tenter une séance de spiritisme pour parler au fantôme qui vous permettra d’élucider un meurtre.On pourra juste chipoter sur la taille des pions clairvoyances, sans que cela ne porte préjudice à l'ensemble.

Entre Dixit et Cluedo

Difficile de ne penser à un mélange de ces 2 jeux en jouant à Mysterium. Est-ce un mariage pour le pire ou pour le meilleur ?

Disons le tout net : c’est un mariage plus que réussi. Ce jeu coopératif asymétrique verra un joueur porter le rôle du fantôme qui, sans parler, devra faire deviner un personnage, un lieu et un objet (comme au cluedo) à chaque médium présent autour de la table. Pour communiquer, le fantôme ne dispose que de cartes visions (aux illustrations proches de celles d’un Dixit), qu’il devra donner au joueur à qui il veut faire découvrir un élément de son enquête. Evidemment, le fantôme n’a pas forcément la carte adéquate parmi les 7 qu’il aura en main. Le cœur du jeu est là. Au cour de la partie, les médiums devront donc chacun deviner leur propre combinaison avant la confrontation finale où il leur faudra trouver l’unique coupable parmi les différentes combinaisons obtenues, toujours par l’intermédiaire des visions envoyées par le fantôme.

Facile à prendre en main ?

Si le jeu se révèle très prenant en tant que médium, il l’est tout autant, voir plus, en tant que fantôme. D’ailleurs, la qualité de la partie dépendra grandement de la qualité du joueur qui l’incarne. Le timing dans la distribution des cartes, le temps mis dans le choix des visions, l’absence ou non de mimiques faciales face aux déductions des médiums joueront indéniablement sur la qualité du jeu. Si possible, prévoyez un joueur un peu plus expérimenté pour tenir ce rôle lors de votre première partie, même s’il n’y a rien d’insurmontable. Les questions qui pourraient survenir durant la partie trouvent rapidement réponse dans des règles bien écrites, comportant plusieurs pages d’ambiance. Un bon point.

Bien que la configuration pour 2 ou 3 joueurs semble bien moins intéressante à première vue, le jeu tourne excellement bien de 4 à 7 joueurs. Les parties sont tendues, surtout si l’on augmente le niveau de difficulté. La durée des parties ne dépendra pas seulement du nombre de joueurs mais aussi du temps que mettra le fantôme pour choisir ses cartes. A ce titre, le sablier présent dans la boîte se révèle indispensable.

Le jeu révèle son potentiel dès la première partie. On pourrait craindre dès lors qu’avec environ 80 cartes vision, le jeu se répète et perde en rejouabilité. C’est sans compter sur les différentes combinaisons de personnages, de lieux et d’objets, ni sur le changement de fantôme et l’arrivée différente des cartes vision. En enchaînant les parties, on peut effectivement utiliser une même carte vision pour faire deviner un même personnages/lieu/objet. Mais, pour l’avoir vécu, cela peut également être traître et envoyer sur de fausses pistes. Changer de groupes de joueurs ou espacer les parties pourrait tout de même se révéler indispensable sur du long terme (et encore…) à moins que des extensions ne viennent améliorer la rejouabilité. Vous pourrez sans doute utiliser les cartes de Dixit pour renouveler vos parties.

Conclusion

Si vous souhaitez un jeu coopératif qui sorte des sentiers battus, avec un univers assez immersif et un travail d'édition soigné, Mysterium est le jeu qu'il vous faut. Est-ce une claque ludique ? Cela dépend de ce que l'on attend d'un jeu. Il ne vous laissera sans doute pas indifférent et vaut le détour tant il tranche avec ce qui se fait. Pour ma part, j'en redemande. Bravo et merci Libellud.

Commentaires

Default