Fresco
8.02 
124 avis

Description du jeu :

Retrouvez le descriptif du jeu sur la fiche Fresko en cliquant ICI. En savoir plus

Prix de vente conseillé : 42,00 €

Ravalements de plafond et élévations spirituelles

Ça raconte quoi ?

Tu es un peintre de la Renaissance. L’évêque t’ordonne de restaurer la fresque du plafond de la cathédrale. Tu as soif de couleurs, de gloire et de rédemption.

Ça marche comment ?

On commence avec 3 peintres, 5 assistants, un peu (un cube) de chacune des trois couleurs primaires, et juste de quoi lancer le chantier (12 thalers). Dans la cathédrale (sur le plateau), la fresque est complètement recouverte de caca (de tuiles à retirer). À la fin, on a une fresque (presque) complètement nettoyée (les tuiles ont été retirées), et le caca (les tuiles, toujours, mais posées côté verso devant le joueur qui les a retirées du plateau) nous aura rapporté de la thune, des couleurs secondaires, et surtout plein de points de victoire.

Trois mécaniques : d’abord du worker placement, ensuite du worker placement, et à la fin, du worker placement. Il paraît que c’est un jeu de worker placement.

  • Worker placement n°1. Le joueur le plus nul choisit l’heure à laquelle il fait sonner son smartphone dans son atelier. C’est l’heure à laquelle ses assistants se font brutalement réveillés, entre 5h et 9h du mat. Impact immédiat sur le moral et le salaire qu’il va falloir donner à ces feignasses. Accessoirement, ça détermine l’ordre du tour.
  • Worker placement n°2. Les peintres donnent des ordres à leurs assistants (chaque joueur place simultanément et secrètement ses meeples sur son tableau d’action).
  • Worker placement n°3. Les peintres envoient à coups de pied au cul les assistants sur leur lieu de travail, la cathédrale ou l’un des bâtiments alentour. Ils s’acquittent de leur tâche dans l’ordre du réveil (voir Worker Placement n°1, faut suivre).
    • Le marché permet d’acheter des couleurs.
    • La cathédrale permet d’utiliser ses couleurs pour restaurer soit la fresque soit l’autel.
    • L’atelier du peintre permet de réaliser des portraits afin de gagner de l’argent ou divers avantages.
    • L’atelier tout court permet de mélanger les couleurs primaires en couleurs secondaires puis en couleurs complexes.
    • Et le théâtre permet de remonter le moral des troupes, traumatisées d’avoir été sauvagement réveillées à 5h du matin.

Ça vaut quoi ?

Une mécanique classique dans ses grandes lignes : on bouge du meeple et du cube en bois pour gagner des PV ; mais avec tout plein d’astuces originales : l’ordre du tour, le mélange des couleurs, ou encore cet évêque qui se balade dans la cathédrale et qu’il faut attirer au bon moment pour qu’il puisse nous faire un gros bisou (bonus de 3 PV).

On apprécie aussi les nombreux modules (3 testés : portraits, commandes de l’évêque et mélanges de couleurs spéciaux) qui augmentent la profondeur du jeu et lui permettent sûrement de se renouveler sur plusieurs parties. Deux points forts à retenir : une thématique franchement originale et bien traitée, et un très bon ratio profondeur de jeu / complexité des règles. Fresco, c’est un peu une œuvre d’art quoi.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default