"Qui a peur de perdre a déjà perdu." (Syrio Forel)

Comment résister au plaisir coupable de se mettre sur la tronche tout en incarnant les éclatants personnages sortis de l'esprit de George R.R. Martin?

Comment ne pas ressentir le frisson, l'ivresse, la solitude, la peur, le froid d'un matin d'hiver sur un champ de bataille encore fumant, tout ça tout ça et plus encore en jouant au Trône de Fer, le Jdp?

"Il est des batailles qu'on gagne à la pointe des piques et des épées, d'autres à la pointe de la plume et avec des corbeaux." vous dirait Tywin Lannister.

Fourberie, invasion, stress, suspens, invasion encore, siège, coalition, intimidation...

On veut à tout prix être celui qui squatera ce fameux trône (qui n'a pourtant pas l'air pas SI confortable, j 'dis ça, j'dis rien) ... Mais Stannis Baratheon nous aura prévenu : "Les rois n'ont pas d'amis. Seulement des sujets et des ennemis."

That's it.

Un jeu qu'il est beau, machiavélique, immersif.

Faut juste trouver le temps et les adversaires adéquats.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default