sur Doggy Bag

Quelle belle surprise !

Blam est un éditeur qui met en avant la thématique et Doggy Bag n'échappe pas à ce principe. C'est même une belle réussite tant les illustrations et la qualité du matériel nous plongent dans l'ambiance.

A l'instar de Celestia, on retrouve ce format de jeu qui pourra satisfaire les petits et les grands, que ce soit en famille ou entre amis sans limite d'âge.
Le jeu apporte effectivement sa part de stratégie que les joueurs avertis se feront un plaisir d'exploiter.

Alors oui, le caractère aléatoire du jeu en rebutera certains mais c'est justement ce qui donne au jeu ce pouvoir de laisser croire à chacun que rien n'est perdu jusqu'au bout.

Tout parent joueur sera d'accord avec moi pour dire combien il est important de garder l'accroche des plus jeunes. Avec le système de dépose des os devant son paravent, on voit aussi exactement où en sont les joueurs : qui est en tête, qui est à la ramasse, ce qui conditionne les choix tactiques et permet une grande lisibilité. A mes yeux, rien de pire que ce type de jeux où on ne peut absolument pas estimer le classement.

Dans notre première partie, le final a été spectaculaire puisque c'est le joueur qui avait le moins pioché dans le sac durant la partie qui a gagné alors qu'un autre joueur avait pris une nette avance : preuve évidente d'une tension continue.

Cubiste en bois par nature, je n'apprécie guère que le hasard intervienne ainsi dans mes parties mais Doggy Bag privilégie l'amusement (piocher dans le sac fait toujours son petit effet) tout en préservant une profondeur stratégique indéniable.
Pour les lecteurs à qui la référence parlera, je prends le même plaisir quand je joue et rejoue à Augustus.

Un jeu léger (ou pas) à sortir facilement pour agrémenter les moments de loisir...