Quand l'humain se révèle plus puant que le zombie...

6,3
Il y a les jeux de zombies dans lesquels l'humanité se serre les coudes (Dawn of the Zeds), ceux dans lesquels l'entraide s'impose mais non sans une certaine méfiance envers son voisin (Dead of Winter) et ceux dans lesquels la mort des autres est quasi plus importante que sa propre survie. City of Horror en fait partie.

Comme l'ont dit certains, City of Horror est davantage un "chacun pour soi" qu'un semi-coopéarif. Si vous pensez que les autres joueurs vous tirent d'affaire parce qu'ils vous apprécient, c'est que vous êtes très naïf. Car dans City of Horror, on ne gagne rien à s'entraider, du moins pas à long terme. Il faut donc se montrer le plus sournois possible en poignardant ses adversaires dans le dos au moment où ils s'y attendent le moins. Car on ne parle pas ici de laisser un camarade malchanceux se faire bouffer par les zombies, il s'agit plutôt de faire sauter le château d'eau sur lequel il se trouve. Joyeux, n'est-il pas ? On aurait même pu aller plus loin en permettant aux joueurs de couper les jambes de leurs adversaires pour les empêcher de fuir la menace. Parce quitte à se débarrasser des autres, autant que ce soit marrant !

Vous l'aurez compris, City of Horror est un joli jeu d'enfoirés. Et malheureusement pour moi, j'ai de la peine à l'être dans les jeux de négociation et de votes. Trahir, trahir, trahir... cela me fatigue et m'attriste, sans doute parce que comme n'importe qui ou presque, je désapprouve totalement cette attitude dans la vraie vie. Alors certes, les jeux sont là pour nous dépayser et nous permettre d'incarner ce qu'on est pas, mais cela reste difficile pour moi.

Bon, quant au jeu lui-même, il est... acceptable. L'invasion de zombies rend la partie tendue et intéressante, bien que les votes incessants m'agacent un peu. Le matériel est à mon goût bien trop abondant pour ce que le jeu propose, à l'instar du plateau démesuré.

J'ai acheté ce jeu en 2012 à sa sortie, pour seulement cinq parties. Pas terrible.

Il ne me manquera pas vraiment quand je l'aurai vendu.

Commentaires

Default