Les Cités Perdues

Aucune catégorie
jusqu'à 2
Joueurs
10 ans et +
Âge
30 min
Temps de partie
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Quand Knizia revisite le rami

8,0

Les règles sont si simples, si enfantines que l’auteur a cru bon de placer en préambule un avertissement pour inviter le lecteur à ne pas juger le jeu avant d’y avoir jouer. Inutile, car s’il existe un maître des jeux mathématiques, c’est bien l’Allemand Reiner Knizia. Certes, on pourra reproché un titre sans rapport avec le jeu, et un thème assez artificiel, critique souvent faite à ce créateur. Mais le plaisir et là et c’est bien l’essentiel. Les cités perdues est de ces petits jeux redoutables dits « d’apéritif » qui semblent anodins et qui pourtant, une fois qu’on a commencé à y jouer, ne se lâchent plus. Ce n’est que lorsqu’on découvre horrifié qu’il est trois du heures du matin qu’on se résout enfin à marquer une pause le temps de dormir un peu.

On reconnaît la patte du maître au mécanisme réduit à sa substantifique moelle. Changez ne serait-ce qu’un iota et tout le bel équilibre du jeu serait rompu. Dans ces conditions, difficile d’améliorer quoi que ce soit. Evitez donc les variantes officieuses pour trois ou quatre joueurs, car la dimension psychologique, très présente à deux, disparaît alors.

Critiquer l’importance de la chance dans ce jeu est un mauvais procès. S’il fallait faire une comparaison, on pourrait dire qu’il y a autant de chance que dans Magic the Gathering : le joueur ne peut rien faire sans elle mais s’il a mal constitué son paquet, il perdra de façon certaine. Dans Les cités perdues, puisque les joueurs se servent dans la même pioche, si vous n’avez que de petites cartes votre adversaire devrait n’en avoir que des grosses. Il aura donc du mal à engager d’expédition lucrative, c’est-à-dire à long terme, se retrouvant ainsi au final dans la même situation que vous. Aussi, si vous avez de la chance votre adversaire devrait en avoir aussi, et inversement. Par contre, jouez comme un pied et vous perdrez, chance ou pas.

La seule critique, c’est-à-dire celle qui a fait rater à ce jeu sa cinquième étoile, réside probablement dans cette simplicité qui finit par voir les parties se ressembler. Or, comme ce jeu est très plaisant on a tendance à y jouer immodérément et donc à l’épuiser un peu vite. Mon conseil donc : goûtez-y par petites doses, et ce jeu restera longtemps un compagnon de voyage indispensable.

Commentaires

Default