London 1888

Aucune catégorie
Par Damien Maric
Illustré par Stephan Kot
Édité par Nekocorp
4 à 8
Joueurs
13 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Prétentieux

2,0

A la veille de ma première partie, j'étais super emballé par London 1888. Un thème porteur – Jack l'éventreur fait souvent recette – et surtout un soin tout particulier apporté à l'esthétique du matériel, remarquable, étaient des arguments de poids. Rien de tel pour se plonger dans cette ambiance de crime et s'évader vers le quartier londonien de Whitechapel par une nuit brumeuse de l'automne 1888.

Mais ce serait compter sans le système de jeu, désastreux. Pour parler franchement, on a l'impression de tester un prototype, qui possède quelques idées intéressantes, mais qui est tout sauf abouti. L'auteur a, semble-t-il, passé plus de temps avec le graphiste – encore une fois, avec ses photos d'époque trafiquées pour rendre compte du climat de folie qui régnait alors, le jeu est magnifique – qu'autour d'une table avec des joueurs afin de régler les mécanismes. C'est long et lent. Autrement dit, en cours de partie, Damien Maric s'attache à démolir à grands coups de règles bien lourdes – le système de déplacement notamment est informe – la magnifique atmosphère sur laquelle London 1888 est censé s'appuyer. On s'ennuie beaucoup.

London 1888, c'est un peu une Rolls-Royce qui aurait un moteur de mobylette. C'est beau et ça en impose mais ça n'avance pas. Et le contraste est tel, le design est tellement ambitieux et les mécanismes tellement râtés, qu'au final le jeu, en plus d'être terriblement décevant, paraît prétentieux.

Commentaires

Default