Ce jeu est sorti le 24 nov. 2006, et a été ajouté en base le 3 juil. 2006 par Monsieur Phal

édition 2006
Par Christophe Finas
Illustré par Guillaume Messager
Édité par Rôle & Stratégie Editions
Distribué par Rôle & Stratégie Editions

Standalone

Presque une gemme

On pourrait rester sur l'impression superficielle d'un jeu "non abouti" (le terme est un peu fort):
- le matériel est luxueux pour ce qui est de la boite, des gemmes et des fioles, mais le plateau est non seulement peu lisible (piste de score, aide de jeu) mais vraiment baroque et trop marqué pour m'accrocher, les cartes artefacts ont des dos qui apportent plus de confusion que de clarté, les évènements sont illisibles quant au cours des gemmes à force de fioritures
- les règles sont touffues (presque trop de détails pour les premières parties) et mal ordonnées: j'avais fait une première lecture pour laisser tomber et j'ai saisi l'opportunité de me les faire expliquer bien plus tard (et j'avais tout oublié)

Mais autant le dire tout de suite: Astoria épique est probablement un jeu "coopératif" qui me convainc bien plus en terme de potentiel que les chevaliers de la table ronde (que j'aime déjà beaucoup) ou arkham horror, quand les bonnes conditions sont réunies.

Probablement parce qu'il n'est pas si collaboratif au final:
- 3 factions renégates (dragon, populace et barbares) qui ont chacune leur condition de victoire, et vont oeuvrer dans l'ombre pour donner du fil à retordre aux loyaux
- quelques loyaux au roi, qui eux-même se tire la bourre pour être celui qui aura le plus de points quand cela se clôt favorablement pour eux

Astoria ne fournit pas une histoire, un développement linéaire suivant un plateau prédéfini ou un paquet de cartes (enfin pas que): c'est les joueurs eux-mêmes qui fourniront le récit, et seront les acteurs d'une partie réussie ou non.
Et c'est à la fois cette originalité qui fait que le bas blesse: une trop grande liberté qui par méconnaissance ou blocage (on peut se retrouver à faire 3 fois la même chose 3 tours de suite, ou si un saboteur est peu efficace), ou tirage déséquilibrée (un grand alchimiste loyal au pouvoir bleu sans trop de chefs barbares, un loyal contre 3 renégats à 4 joueurs...) peut conduire à des parties avortées sans trop de filouteries.

Bref ce jeu aurait pu être pour moi une perle: en l'état c'est une expérience plutôt réussi que j'aurai plaisir à retenter (pour l'instant juste 2 parties à 3 et 4 joueurs). (Pouic 4 sur 5)

Pour ce qui est de la version labo: on va dire que ce n'est absolument pas ma tasse de thé. La première partie est complètement redhibitoire tellement je n'ai rien compris. La deuxième une fois quelques principes assimilés (entourer les couleurs adverses pour mettre la pression sur nos couleurs d'artefacts, aller chercher les couleurs adverses en majorité, et jouer sur la limite à 3 pour casser des réactions en chaine potentielle), plutôt automatique. Bref c'est un jeu qui je l'avoue fait bobo à la tête et donc pour de l'astrait ne me convainc pas du tout, surtout que les blocages sont possiblement nombreux (déjà si on anticipe mal la fin de partie avec un petit artefact). (Pouic 2 sur 5)

Les 2 jeux ont le mérite d'apporter pas mal de fraicheur dans leur genre, et c'est déjà pas si mal...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default