Bohnanza
Par Uwe Rosenberg
Illustré par Björn Pertoft
Édité par Gigamic
2 à 7 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
60 min
Temps de partie
10,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Pour apprendre la coopération avec l'ennemi et la générosité

9,6

Bonhanza est un jeu de cartes assez simple sans être simpliste pour autant :

1. Chacun doit planter devant lui sa première carte de sa main, et s'il le souhaite la suivante (interdiction absolue de changer l'ordre de la main) ;

(planter signifie faire une série de haricots du même type, plus il y en a lors de la récolte mieux c'est)

2. Deux cartes de la pioche sont retournées, et peuvent être échangées (ainsi que le contenu de sa main) avec les autres joueurs, toutes les cartes échangées devant être plantées (si on ,doit planter une carte sans avoir de champ libre, il y a une récolte forcée, généralement peut rentable) ;

3. On pioche trois cartes qui viennent s'ajouter à notre main, et c'est au suivant, qui va faire les trois étapes.

La richesse de ce jeu est dans la phase d'échange/commerce, qui présente une double particularité :

- Les échanges se font avec nos ennemis ! On va donc regarder qui veut quoi (en fonction des champs plantés devant chaque joueur) et essayer de faire jouer la concurrence (on me propose un colt pour un cauchemar, quelqu'un m'en proposerait deux ?) sans trop avantager la personne que l'on pense en tête ;

- On a intérêt à être généreux dans les échanges, et parfois même au point de donner une carte contre rien ; en effet, l'obligation de planter sa première carte, qui peut provoquer une récolte forcée juste avant un seuil permettant d'avoir un point de plus, va faire qu'on aura souvent intérêt à donner cette carte (on tentera quand même d'obtenir quelque chose en échange, mais il faudra être prêt à la donner contre rien dans son propre intérêt, je ne connais aucun autre jeu avec ce mécanisme non naturel mais très original et particulier à maîtriser).

Accessoirement, les haricots ont des noms ridicules qui permettent d'amuser les voisins quand on jour dans le train (quelqu'un a un copain ? Parce que si oui je puis lui proposer du chaos... ou un colique, au choix).

Commentaires

Default