Abyss
Ce jeu est sorti le 31 août 2014, et a été ajouté en base le 11 avr. 2014 par Docteur Mops

édition 2014
Par Bruno Cathala et Charles Chevallier
Illustré par Xavier Collette
Édité par Bombyx
Distribué par Asmodee

Standalone 2 extensions 5 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Plus profond qu'il n'y paraît

Le gros reproche que je fais à Abyss, c'est de vouloir se montrer beaucoup plus accessible qu'il ne l'est réellement.
En effet, derrière une mécanique somme toute assez simple se cache en réalité un jeu velu (ou écailleux, pour rester dans le thème). On reconnaîtra là le résultat de la perversité commune à MM. Cathala et Chevallier .


Certes, le hasard de la pioche est présent, mais il est largement contrebalancé par le fait que les choix possibles sont tous mauvais : vaut-il mieux se contenter d'un petit 2 dont personne n'a voulu, ou continuer à piocher ? Le 2 n'est pas terrible, mais si je pioche, je risque de tomber sur une bonne carte qui me passera sous le nez... En plus, ce 2 pourra être pris gratuitement par un autre joueur... Dilemme, dilemme... Allez, je pioche. Oh, un monstre ? Je prends la récompense pas géniale, ou je le laisse filer et le prochain monstre apportera une plus belle récompense ?... Ah, dilemme, dilemme...


Les Seigneurs apportent le soutien nécessaire pour obtenir les cartes dont on a besoin, le rapport coût/efficacité/apport en points a été bien calculé. Sans parler de la disparition de certains pouvoirs lors de l'acquisition d'un lieu : dois-je prendre ce seigneur maintenant pour avoir un lieu ? Mais si je le fais, je perds ce pouvoir... Et sinon, un autre que moi risque de me le prendre... Dilemme, dilemme...

Le bon usage des perles est important aussi : la possibilité donnée de compléter l'achat d'un Seigneur par des perles, ou encore celle de pouvoir dévoiler un nouveau Seigneur histoire de s'ouvrir des possibles, doivent être utilisées au mieux.

Enfin, la gestion de la dernière main n'est pas anodine : réussir à ne conserver qu'une seule carte de la couleur sur laquelle on n'a pas encore obtenu un bon score demande une bonne préparation.

Toutes ces mécaniques font d'Abyss une pure merveille à deux joueurs. Il est excellent à 4, mais forcément plus opportuniste.

Je le fais jouer à des joueurs plus occasionnels qui, sans le même recul, commettent plus facilement des erreurs dont les joueurs chevronnés profitent allègrement. Le plaisir n'est pas le même.

Enfin, le nombre de Seigneurs relativement limité fait que la rejouabilité du titre est assez moyenne : on aura souvent des tirages proches, avec des possibilités de combos faible.

J'aime :

- les splendides illustrations et le travail éditorial

- la perversité de la mécanique

- l'aspect gestionnaire sous-jacent

Je n'aime pas :

- le faible nombre de Seigneurs

- le côté accessible qui n'est qu'un leurre

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default