Plus c'est long, plus c'est bon

10,0
Ce jeu est une adaptation du Civilization d'Avalon Hill, cette référence culte d'où est tiré le Civilisation de Descartes, mais qui a également inspiré la version informatique Civilization de Sir Meiers, qui lui même a été adapté en jeu de plateau... Bref, malgré toutes ces adaptations, Civilization d'Avalon Hill reste la référence des jeux de civilisation, surtout avec sa merveilleuse extension Advance Civilization. Ce jeu est bon, très bon, mais rare...
Puis des espagnols, fans absollues, ont eu l'idée farfelue d'en faire un jeu encore plus grand (pour jouer à 18) en retouchant quelques point de règle ci et là. Cette version print & play est donc l'origine du Mega Civilization.
Plus qu'une simple réédition du Civilization d'Avalon Hill, le Mega Civilization est une nouvelle adaptation mais en version +++.
Désormais on a une version aux graphismes au goût du jour et dans une superbe boite en bois. Le matos (cartes, pions, boite, règles et aides de jeu) est de très bonne qualité. Vu le prix (entre 180 et 200 €) on n'en attend pas moins...

Oui mais pourquoi il est si bon ? Le prix en vaut-il la chandelle ?

Tout d'abord les règles sont simples (si si). En trois mots, on se développe, on bouge ses pions d'une case et on construit des cités. Ces dernières rapportent des cartes de commerce. Et donc on fait une phase de commerce où les joueurs échangent leurs cartes pour faire des familles de ressources (plus on en récupère de la même famille, plus sa valeur pécuniaire est élevée). Ensuite on achète des cartes progrès (appelés cartes civilisation) en dépensant ses cartes commerce et on recommence un nouveau tour.

Dans ce jeu on a un coté tactique en bougeant des pions sur la carte (le plus faible bouge en dernier et peu ainsi esquiver les attaques). Il faut également se développer. Plus on a de ville, plus on gagne de cartes commerces de valeur élevés. Cette phase de mouvement est réalisée un joueur après l'autre, et peut-être un peu long à 18 au point qu'il est préconiser de jouer en parallèle si possible (comme les pions bougent que d'une case, ils ne vont pas très loin en 1 tour...)
On a aussi une phase de négoce et de bluff lors de l'échange de cartes commerces (on s'échange secrètement des cartes entre joueurs, à minima par 3, dont 2 des cartes doivent être annoncées, les autres pouvant être n'importe quoi, dont des calamités qu'on peut alors refiler discrètement à un autre joueur...). Ici tous les joueurs commercent en même temps. Une vrai pagaille car il faut aussi suivre d'un œil qui échange avec qui pour avoir une idée des calamités qui circulent et des familles de ressources recherchés par tel ou tel joueur.
Et enfin on a une phase de progrès où on achète des cartes civilisations qui donnent des points de victoire. Phase en général simultanée car tous les progrès sont accessibles à tous les joueurs du moment qu'ils ont la somme nécessaire pour se les payer.

A chaque fin de tour on avance le marqueur de chacune des civilisations sur la table Archaeological Succession Table (AST) à condition de satisfaire des prérequis pour franchir certains paliers (ex: avoir 3 villes, avoir un certain nombre de cartes civilisations, un certain nombre points de victoire...). Ces prérequis sont communs à tout le monde, mais sont parfois légèrement décalés d'une civilisation à l'autre. C'est un bon indicateur de l'avancement de la civilisation. L'avancement rapporte aussi des points de victoire.

Comme il y a beaucoup de phases où on joue ensemble ou en parallèle, on n'a pas le temps de s'ennuyer. On ne voit pas le temps passer malgré la durée de la partie : à 5 joueurs (le minimum) il faut compter, hors explication de règles, 5 à 6 heure en mode normal et 10 à 12 heures en mode expert (la différence étant les prérequis pour avancer sur la table AST).

Bien entendu l'aspect diplomatique est primordial dans ce jeu. Quand on voit qu'un joueur se détache, on a tendance à s'allier entre poursuivants, voire refourguer des calamités aux premiers joueurs pour freiner leur progression. Sans compter que lorsqu'on subi une calamité (ex: épidémie), on n'est pas le leur à trinquer et on peut désigner des petits copains pour en subir des effets...

Oui mais voilà, à trop taper sur les autres, on se retrouve un peu seul, trop avancé au point qu'on a plus de partenaire suffisamment développé avec qui commercer. C'est le même effet qu'un blocus, plus personne n'échange avec vous et vous ne pouvez plus constituer de famille de ressource, plus refiler les calamités...

On a ce coté merveilleux des jeux de civ où on fait progresser sa civilisation. On part avec un seul malheureux peuple et tour après tour, on croît et on acquière petit à petit de la technologie.

La partie se termine quand un joueur arrive au bout de la table Archaeological Succession Table (AST)...

Au final, les scores après 12 heures de jeu en mode expert à 5 joueurs:
Parthe 64pts, Babylone 120pts, Nubie 121pts, Perse 126pts et Saba 126pts départagés aux valeurs cartes civilisations achetés ...
Nous étions tous fatigués mais heureux.

Cette nouvelle adaptation est aussi bonne que celle d'Avalon Hill, mais en plus grand, plus beau ... et plus cher.

Mais oui cela vaut le coup de craquer pour ce jeu.
D'ailleurs un joueur a déjà craqué...

Donc les +
- super matos
- règles simples malgré le mastodonte
- un bon jeu de civ : de l'expansion, du commerce et du progrès
- jeu bon de diplomatie et de stratégie
- bonne rejouabilité (il est rare que 2 parties de Civilizaiton se ressembles)
- très immersif : long mais on ne voit pas le temps passer
- vu le temps qu'on y passe, le prix à l'heure de jeu n'est pas si élevé

Les moins ?
- le prix : pas loin de 200€ ! Donc le prix à la partie est donc très élevé ! à ce prix là on peut s'acheter pas mal de jeux...
- il faut aimer les jeux un peu long. Même si on ne voit pas le temps passer, il faut avoir du temps (5 à 18 heures selon le nombre de joueurs et le mode de jeu)
- il faut avoir plein d'amis qui sont près à y jouer ( minimum 5 joueurs)

Commentaires

Default