Ce jeu est sorti le 5 févr. 2006, et a été ajouté en base le 5 févr. 2006 par Monsieur Phal

édition 2006
Par Reiner Knizia
Illustré par Franz Vohwinkel
Édité par Kosmos et Fantasy Flight Games
Distribué par Kosmos

Standalone 2 extensions 2 éditions
30,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Placement et adaptation

Expérience : 3 parties à 4 joueurs

Il faut donner du crédit à Knizia. On sait depuis longtemps, et ça s'est vérifié encore récemment (Beowulf, Babel ...), qu'il vaut mieux rejouer à ses jeux qui sont souvent construits en couches et que chaque partie permet d'affiner sa perception du jeu, bref l'enrichit.

Blue Moon City, à la base, est une trahison compléte du jeu de carte du même nom. Au lieu d'un jeu d'enchere déguisé en jeu d'affrontement, on a ici un jeu de construction / majorité / adaptation / course. On peut aimer l'un et détester l'autre, sans probleme, puisque la seule passerelle entre les deux semblent être les illustrations des cartes.

La regle s'explique en 3 secondes, le tour de jeu est rigide et rapide (je bouge / je construis / je pioche - en jouant une ou deux cartes au milieu en bonus) et tout semble bien trop basique pour interesser longtemps.

Sauf que. On est habitué aux bonus de construction, genre je suis majoritaire (Turmbau vob Babel) mais ils sont ici un leurre complet puisque finalement completement faible comparés aux avantages de construire proche de batiments déjà construit (ce qui y ont joué me comprennnent, les autres non - il faut essayer, hé). Blue Moon City se transforme alors en un jeu de chat et souris où chacun essaie de faire construire l'autre à coté de l'endroit où il s'est placé et où la moindre construction complétée déclenche invariablement une chaine d'événements précis, pas faciles à répérer au début.

On rajoute une petite couche avec la gestion écaille de dragons (un jeu dans le jeu), des cartes à deux utilisations possibles (dilemme, dilemme), un temps de jeu hyper optimisé (45 minutes à la louche) et , mesdames et messieurs, on dirait bien que we have a winner.

Pas du niveau Knizia Age d'OR, mais winner quand même.

Ah oui j'oubliais : superbe travail de Vohwinkel sur les illustrations de batiments.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default