Ce jeu est sorti le 26 janv. 2003, et a été ajouté en base le 7 août 2002 par Monsieur Phal

édition 2003
Par Serge Laget
Illustré par Franck Dion
Édité par Jeux Descartes et Eurogames
Distribué par Descartes

Standalone 2 extensions 2 éditions

Pauvres grecs

Franchement, je trouve que le succès du jeu est loin d'être entièrement mérité. Je pense qu'il y a du cocorico là-dedans.
Par rapport aux jeux allemands, la règle est assez peu lisible. On est obligé de la reparcourir dans tous les sens pour trouver le cas particulier qui correspond et dont l'évocation dans la règle est presque toujours ambigüe et approximative, donnant lieu à toutes les spéculations possibles. On est loin des teutons qui torchent un jeu complexe en deux pages de règles parfaitement lisibles et compréhensibles.
A moins de cinq, le jeu est déséquilibré puisqu'un ou deux joueurs peuvent s'expanser à loisir sur le territoire de l'absent. A cinq, le jeu ne reste pas équilibré longtemps puisque celui qui a le malheur d'être Grec est sûr d'être désintégré par les Romains dans le premier quart d'heure de jeu. Du coup, le Romain possède avant les autres deux fois plus de ressources... et de villes, dont le nombre est très limité.
Le point fort, c'est l'esthétique du jeu, et la qualité d'un concept intéressant mais qui n'est pas au point à mon avis. Je préfère un bon jeu hideux (age of steam) à un jeu médiocre mais magnifique.

[Longtemps après...] Après bien plus de parties au compteur que je n'en avais lorsque j'avais rédigé cet avis, j'ai décidé de réviser ma note à la hausse. J'ai eu beaucoup de plaisir à y rejouer, même à trois, et les critiques que j'émettais plus haut ne sont fondées qu'avec certains joueurs. C'est quand même un bon jeu que je rejoue toujours avec un certain bonheur.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default