Patience petit scarabée. Patience !

2,0

Quelle mouche a bien pu piquer Gigamic pour sortir Dao de la semi-clandestinité dont ce petit jeu profitait sur Zillions of Games ? C’est la question que l’on se pose légitimement après y avoir joué. Et que je me repose à chaque nouvelle partie. Sur cette plate-forme de jeux à télécharger, il arrive parfois, dans le fatras des variantes échiquéennes, que l’on tombe un matin sur quelque pépite ignorée. Akron ou Emergo, par exemple, qui mériteraient assurément de connaître une meilleure diffusion. Mais hors ces quelques bonnes surprises, il faut bien avouer que le catalogue Zillions tient davantage de la Foir’fouille que d’une quelconque caverne d’Ali Baba. Un fourre-tout d’amuse-gueules sympathiques au sein duquel Dao fait d'ailleurs pâle figure.

Pour situer la chose, on dira qu’il s’agit d’une énième déclinaison du morpion. Un tic-tac-tao dont la seule profondeur réside en surface, dans l’aura orientalisante que lui octroient nom et matériel. De jolies pierres pourtant ne font pas un jeu de go. Quelques spécificités comme la taille réduite du plateau, le fait qu’on ne pose pas les pions mais qu’ils se déplacent par translation jusqu’à rencontrer un obstacle ainsi que des conditions de victoire alternatives sont de prime abord très prometteuses. Et rappellent d’excellentes créations comme le génialissime et trop méconnu Plateau pour le damier de 4 sur 4 ou Squaryd et ses figures imposées que sont les carrés. A l’épreuve du jeu, hélas, ces impressions favorables sont trop vite balayées. Ceux qui lorgneraient sur des dérivés du morpion pour sa stratégie typique qui vise à construire par un enchaînement de coups forcés une fourchette imparable ravaleront leur frustration en ressortant leur vieux Puissance 4 du grenier. Car point de fourchette à l’oeuvre ici. Et plus consternant, pas de stratégie tout court, si toutefois on entend par là une démarche résolument offensive acculant l’adversaire à la défaite. Il serait, en l’occurrence, plus pertinent de parler de stratégie en négatif, d’une implication passive assez conforme finalement à ce que connote et véhicule l’intitulé du jeu et qui se résumerait à anticiper par une lecture sur deux coups maximum tout faux pas en l’espérant, à l’inverse, de son adversaire. Une antistratégie a priori facile à appliquer mais exigeant en vrai de disposer d’une bonne dose de sérénité, et probablement d’être plus avancé dans la voie du zen que son rival. Tel est donc, en résumé, le challenge offert par Dao : ne pas céder (ça me gonfle mais je me retiens !) à l’agacement qui monte irrémédiablement en vous lorsque se fait jour au fil des coups la conviction qu’on est embarqué dans une sorte de mouvement perpétuel fastidieux, de scénario d’usure du type « On achève bien les chevaux ».

Si le monastère des moines Shaolin soupçonnait un seul instant l’existence de Dao, il y a fort à parier qu’il l’adopterait illico comme un précieux outil d’enseignement !

Nota Bene : une alternative à Dao existe sur Zillions. Neutreeko. Un damier un poil plus grand. 5 sur 5. Un pion de moins de chaque côté. Au revoir les carrés. Mêmes règles de déplacement. Et avec juste deux ajustements, tournicoti, tournicoton, on obtient un jeu avec une réelle profondeur. Etonnant, non?

Commentaires

Default