Palazzo
Par Reiner Knizia
Illustré par Claus Stephan
Édité par Ravensburger et Alea
2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs
10 ans et +
Âge
60 min
Temps de partie
18,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Pas vraiment excitant

6,0

On ne refuse pas de tester un Knizia : des jeux comme Euphrat & Tigris, Schotten-Totten, Modern Art comptent parmi les meilleurs de leur catégorie et bien d'autres sont fort savoureux...
Il s'agit d'un jeu d'achat / enchères aux règles simples et aux mécanismes fluides... Seulement voilà, il y a quelques petits hics :
* le graphisme très sobre dans des teintes grises, ocres et blanches n'est pas des plus joyeux... Il faut reconnaître que trouver le bon équilibre entre austérité et esthétique trop juvénile est difficile... Mais je ne trouve pas que Palazzo soit une franche réussite sur ce plan.
* le jeu est assez calculatoire : il faut acheter au meilleur prix, compter les niveaux de points de victoire de ses petits camarades (pas forcément facile : vu qu'il faut compter les étages, les couleurs, le nombre de fenêtres et faire quelques additions complémentaires), suivre les dépenses des autres... Mais ce côté calculatoire est compensé par une pioche de tuiles très aléatoire... Je ne doute pas que les joueurs expérimentés connaissent les répartition de tuiles par paquet (I, II et III) mais on peut se retrouver face à des situations très délicates où le paquet que l'on souhaitait acquérir devient inaccessible ou à des tuiles surnuméraires très malvenues. Le jeu est fort dans le sens où toute action entreprise profite aux autres à l'exception de la réorganisation (qui est déjà une forme de pénalité) et de l'achat au centre (seule action qui défavorise les adversaires). Palazzo est définitivement un jeu où il faut maîtriser le hasard et se laisser des portes de sortie pour bien des occasions. Pas forcément évident.
* Enfin, le thème du jeu ne ressort pas véritablement et le jeu manque de fun... La construction de bâtiments ne génère pas une ambiance terrible autour de la table.

Pour conclure, je dirais que je ne refuserai pas d'en refaire : il y a des leçons à tirer de ses parties précédentes, pour sûr. Mais, je pense que je n'en ferai pas l'acquisition néanmoins du fait de son côté un peu trop aléatoire et trop sec. Ce n'est cependant pas une grande surprise pour moi : le genre des enchères n'étant pas vraiment ma tasse de thé au départ.

Commentaires

Default