Pas une promenade de santé

9,6
On a souvent parlé des Livres Dont Vous Êtes le Héros (LVDVH) comme source d'inspiration de ce jeu.
Pourtant, si je devais le décrire, je le comparerai plutôt aux jeux vidéo open-world type Skyrim ou Fallout 4. On a un personnage, il y a une quête principale mais on peut très bien l'oublier momentanément pour batifoler un peu, accomplir des quêtes secondaires etc.

Car justement, The 7th Continent n'est PAS un jeu narratif au sens LVDH. Il n'y a quasiment pas de scénario (càd de trame narrative avec une structure et des rebondissements), la quête principale se réduisant généralement à "trouver un objet dans un endroit A pour l'amener à un endroit B".
Mais la narration est belle et bien présente, grâce au Continent lui-même. Votre personnage ne se balade pas dans une histoire, il se balade dans le Continent, interagit avec lui, et écrit ainsi sa propre histoire. La malédiction n'étant qu'un McGuffin, histoire de donner un but au jeu.
Mais vous vous souviendrez longtemps du moment où votre personnage, après avoir héroïquement échappé à un ours furieux, est mort lamentablement en voulant traverser une rivière sur un rondin instable...

Car attention, l'exploration n'est pas une promenade de santé et le continent vous en fera voir de toutes les couleurs. On voudrait pouvoir tout faire, explorer tous les coins du continent, mais il nous faudra renoncer à certaines actions, où les différer. C'est là que l'optimisation entre en jeu, car on est très limité dans notre énergie et on ne peut pas tout faire. Mmm, ce temple souterrain a l'air extrêmement tentant, mais est-ce que je ne ferais pas mieux de regagner des forces avant de l'explorer ?
Il faut donc être prévenu : ce jeu n'est pas pour ceux qui espèrent juste flâner dans un continent enchanteur. Ce jeu est difficile, on est constamment sur le fil du rasoir (c'est ce qui contribue au côté épique), et il faudra mourir pour réussir. Plusieurs fois. A chaque tentative, on en aura appris un peu plus sur le continent, on aura pris des notes, cartographié, on saura retrouver plus facilement les sources d'eau, de nourriture, éviter certains dangers...

Alors on tire la langue, mais n'empêche que ce sont des heures de jeu et d'immersion totale qui s'offrent à nous sur le Septième Continent. Et entre deux sessions, quand je suis au boulot de ma vraie vie, je n'arrive pas à m'empêcher de penser à cette Terra Incognita qui m'attend, là-bas, sur ma table de salon...
C'est dire.

Commentaires

Default