Ce jeu est sorti le 11 mai 2007, et a été ajouté en base le 25 sept. 2006 par Guyomar

édition 2007
Par Wolfgang Kramer et Richard Ulrich
Illustré par Eckhardt Freytag et Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games, Quined Games, Pro Ludo et Nexus
Distribué par Millennium

Standalone 2 éditions

Pas Princier: Royal!

Je suis complètement bluffé par ce jeu. Mes premières impressions étaient que c'était un excellent jeu, mais un peu limité et répétitif. Foncer sur les saltimbanques et faire des oeuvres dignes de Léonard de Vinci (en caricaturant)...

Mais à y rejouer, le jeu gagne en richesse (dire que j'en doutais!) et se dévoile comme une vraie perle ludique. Certes les saltimbanques sont puissants mais c'est surtout de les laisser partir à bas prix qui est risqué. Une fois cela assuré, les avoir ou pas n'est pas une condition sine qua none de victoire. Les cartes de recrutement sont d'ailleurs une bonne alternative pour contrer des batailles trop âpres au niveau coût...
Les maçons que je jugeais hâtivement comme faibles peuvent se révèler fort utiles, que ce soit en soutien (1 pour réduire le coût si on compte bâtir plus d'un bâtiment), ou en base d'une réélle stratégie où on va construire le plus possible en essayant d'optimiser la place...
Je trouve toujours pour l'instant les cartes bonus délicates à gérer même si leurs potentiels pour remporter les meilleures oeuvres (surtout au tour final) ou simplement pour passer le seuil peuvent se révéler fort utiles. Les cartes prestiges par contre peuvent se révéler décisives dans certaines stratégies alternatives.
Et puis tous les petits plaisirs de prévoir et gérer au mieux son nombre et ses combinaisons d'oeuvres, ses réserves d'argent, mélé à la frustration de n'avoir que peu d'actions pour tout concrétiser, rendent ce jeu à la fois intelligent, tendu et équilibré. Un jeu qui arrive à rivaliser dans mon coeur avec un Puerto Rico tout en étant plus abordable (mais pas plus simple à maîtriser)...
Cerise sur le gateau: une réédition française puisque la dernière barrière à son plus grand accès était les cartes prestige/bonus en langue étrangère, et les noms des artistes. C'est chose réglé. Et si cela ne suffisait pas la réédition comporte 2 extensions: une dite coopérative où l'on retourne les plateaux pour soit construire en commun, soit envahir l'espace de la frontière pour embêter ses voisins (qui personnellement est celle que j'aime le moins); une appelé "muse et princesse" qui apporte un renouvellement bienvenue dans les habitudes des joueurs les plus forcenés et des parcours moins classiques.
En tant que fan, je suis aux anges.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default