Ce jeu est sorti le 12 déc. 2011, et a été ajouté en base le 18 août 2011 par Monsieur Phal

édition 2011
Par Alain Orban, Xavier Georges et Sébastien Dujardin
Illustré par Alexandre Roche
Édité par Pearl Games
Distribué par Millennium

Standalone

Pas de virage abrupt mais une belle courbe !

Tournay nous plonge au premier abord dans un univers familier...
Les illustrations semblables, les 3 familles de meeples identiques, les cartes événements et bien d'autre éléments nous rappellent inévitablement Troyes.
On n'a donc aucun mal à deviner que le jeu est signé par les mêmes auteurs et les mêmes illustrateurs.

Le mécanisme est pourtant sensiblement différent et présente sa part d'originalité.
Point de dés ici mais un système de combinaisons à l'aide de cartes à actionner et à positionner devant soi.
Il s'agit d'un jeu d'opportunisme où il faut s'efforcer de faire de bonnes combinaisons avec des cartes puisées dans différents tas qui correspondent aux 3 familles connues des habitués de Troyes. Les habitants des 3 catégories (religieux, militaires et civils) sont toujours représentés avec les mêmes spécificités.
Le jeu demande un temps d'apprentissage compte tenu de la multitude d’icônes plus ou moins explicites apposées sur les nombreuses cartes. Pour une personne non initiée ces symboles sont difficilement déchiffrable et la première partie peut se révéler laborieuse... Une fois cette iconographie assimilée le jeu « tourne » comme une horloge et la fluidité est exemplaire.
A première vue l'interaction semble réduite à sa plus simple expression. Dans les faits certaines cartes permettent de jouer chez l'adversaire ou même de faire des coups vaches (la baliste en particulier est redoutable). On peut aussi acheter des habitants chez les adversaires les privant ainsi de leur utilisation au tour suivant.
Même si les symboles peuvent paraître obscurs à la première partie, Tournay est finalement un jeu très accessible, fluide et plaisant à pratiquer. La tension est présente en permanence et devient extrême quand la fin approche par l’apparition progressive des crieurs ou par la pose des bâtiments de prestige . Il faut veiller à poser ces derniers en fonction de sa stratégie mais aussi en surveillant le jeu et les intentions des adversaires. Les cartes puisés dans les niveaux 3 sont en effet une source essentielle en points de victoire et leur choix est déterminant pour l'issue de la partie.

J'avais grandement apprécié Troyes pour son originalité. Son « petit frère », plus léger en apparence, ne démérite pas et prouve que cette famille est décidément bien douée...
Tournay paraît de toute évidence moins innovant. Il parvient cependant à séduire sans peine avec son mécanisme simple mais riche en possibilités. On se plaît à chercher à faire les meilleures combinaisons possibles. Les parties sont de courtes durée et l'envie de remettre le couvert est bien là.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default