Panic Lab
Ce jeu est sorti le 25 mai 2012, et a été ajouté en base le 25 mai 2012 par Docteur Mops

édition 2012
Par Dominique Ehrhard
Illustré par Maxim Cyr
Édité par Gigamic
Distribué par Gigamic

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Pas bête du tout !

Un jeu simple et bien pensé : à partir d’une situation toute bête (voire bestiole), le créateur de ces amibes a su harmoniser efficacement des règles judicieuses.

A priori, je ne pensais pas aimer ce type de jeu depuis un essai du sympathique Santy Anno : même si ce dernier est bien fait, je ne trouvais personnellement pas motivant de résoudre une situation fatalement soluble, surtout dans la précipitation. Cependant, la légèreté et la finesse de Panic Lab, que des amis ont eu la bonne idée de m’offrir, m’ont séduit.
Retrouver une amibe caractérisée par 3 traits (forme, couleur, motif) peut paraître simpliste, mais le jeu est enrichi par plusieurs idées :
— trois points de départ, deux sens de rotation ;
— des mutations possibles ;
— trois grilles d’aération où nos braves rhizopodes peuvent se cacher (en fait, les grilles délimitent trois arcs où les amibes sont alternativement "visibles" ou « invisibles »).
Les dés sont jetés, le sort des amibes dépend du petit algorithme de recherche que chacun déclenche dans son coin ou à haute voix pour embêter ses amidversaires.

Ces astuces s’emboîtent parfaitement pour une course à neurones où, tiraillé entre la volonté d’aller vite et celle de ne pas commettre la moindre erreur, la fébrilité gagne et l’on risque de se mélanger les pinceaux. Le simple génère le complexe, jusqu’à la perte de contrôle de votre propre cerveau et l’on comprend subitement le nom du jeu.
Concentration, mémoire et observation sont mises à l’épreuve pour quelques secondes, le jeu crée une ambiance conviviale, mais pas hystérique.

Les tuiles sont vite mises en place, les règles sont simples et rapidement mémorisées (elles peuvent aisément être expliquées progressivement).
Les manches sont courtes mais la durée des parties demeure variable, comme indiqué sur la boîte.
J’aime beaucoup les illustrations : ces satanées amibes vous narguent tout en restant sympathiques, le matériel de qualité est bien agréable, merci Gigamic. Peut-être un petit problème avec les dés où un joueur daltonien s’est plaint de ne pas distinguer certaines couleurs (cela dit, c'est pour cette raison qu'il est daltonien).
Anecdote inutile : lors du début de notre toute première partie, 5 fois consécutivement, les dés désignaient la même amibe, étonnant, non ?

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default