Paradisiaque

10,0

Si Das Letzte Paradies est un jeu encombrant, et ce n'est pas peu dire tant la boite est imposante, il n'en reste pas moins excessivement intéressant à jouer ! La règle s'assimile en deux temps trois mouvements, et l'on se retrouve très rapidement sur notre petite île à enchérir pour l'achat de terrains et à soudoyer l'adversaire (ou à se faire soudoyer) à grands coups de Paras (la monnaie locale) pour qu'il plante des arbres.

Si je devais le comparer, je dirais qu'il s'agit d'un Stupide Vautour, pour le côté enchères simultanées et absence de chance, mais avec un côté stratégique grâce au décompte des points, qui fait clairement défaut à son homologue. Et c'est bien ce côté-ci qui rend Das Letzte Paradies tellement intéressant.

Les systèmes d'exclusivité (être le seul à posséder des immeubles dans un district) et de diversité (avoir des constructions dans chacun des 5 districts) rendent le jeu particulièrement prenant, et poussent à débourser toujours plus que nécessaire. C'est d'ailleurs amusant de voir que, si les premières parties sont assez sages, chacun dépensant peu de Paras pour acquérir les terrains, les suivantes, avec les mêmes personnes, poussent vite à la dépense outrancière, ce qui est vite pénalisé en fin de partie car terminer le jeu avec moins d'argent qu'au départ est synonyme de perte immédiate de la partie !

Enfin, le système de gestion des terrains restés vierges de toute construction apporte réellement un plus, car le décompte de ces points peut très vite être responsable de retournements de parties intéressants.

Bref, au final Das Letzte Paradies est clairement un must : épuré au maximum, sans toutefois devenir abstrait, un système de décompte de points facile mais tellement efficace, on en redemande en permanence tellement c'est bon. Et en plus, on n'y passe pas des heures, chaque partie ne durant qu'une petite trentaine de minutes. Maitre Knizia est vraiment trop fort !

Commentaires

Default