Ouillske !

Des amanites phalloïdes (en fait tue-mouche (tx Z)plates (ou rondelles de saucisson) qui pourchassent une ombre, un titre « vendeur » : Ousk et un sous titre « accrocheur » : cé kisk ki va avoir les chokots... font que ce jeu est plus facilement trouvable chez Emaus que dans une boutique. Peut être en reste –t-il 800 exemplaires à l office du tourisme de Thaon les vosges (88) ?

Ousk éditions Lorraine... en fait, en dehors ce cette région je ne vois pas où dégotter ce truc...

« Pensé » par un agence de com , parrainé par la région Lorraine, la chambre des métiers et divers restaurants/bowling etc....ce jeu est donc, une fois de plus, ce qu’il ne faut pas faire quand on n’y connaît rien (en jeu)

Plus abouti que certains de ces concurrents, Ousk n‘évite pourtant pas les écueils habituels de ce genre de produit all inclusive pseudo ludique.

Avec 330 cartes (édifices/restau/massif montagneux...) c’est quand même un jeu de l’oie (on avance avec des dés/ on récupère des cartes évènements) meet « Trivial pursuit » avec des questions allant de la ligne de train traversant le massif vosgien à André Agassi ( ???) ou sur le cuir chevelu (re ????).

Le plateau a un air de « Monopoly » croisé avec une grille de « scrabble », car il y 2 « pistes de jeu » (ça aurait pu être pas mal, ça ne sert pas à grand chose).

Chaque joueur choisi un rôle (aventurier, journaliste (aucune conséquence sur la suite)... et doit remplir un contrat : chercher un objet et le ramener)

Inutilement tortueux, Ousk essaie, comme d’hab dans ce type de faux jeu, de nous faire croire qu’il y a de la stratégie. Ce n’est qu’un lancer de dés ponctué de questions difficile (« que peut on admirer à Abreschwiller ? »). Total déséquilibre.

Ludi com avec ce Ousk « édition lorraine » se voyait sûrement décliner la gamme de tous les départements. Il aura été arrêté à temps.

Un vrai plus cependant : Le thermoformage peut servir de distributeur de cartes pour « Bruges ».

Commentaires

Default