Ce jeu est sorti le 18 févr. 2002, et a été ajouté en base le 18 févr. 2002 par Krazey

édition 1992
Par Reiner Knizia
Édité par Hans im Glück et Mayfair Games

Standalone 4 éditions

Osons la pureté

Vendre et acheter sont les 2 seules actions possibles dans Modern Art. Les tableaux, qui sont l'enjeu de la partie, n'ont, dans le fond, qu'une caractéristique: leur couleur. Difficile de faire plus épuré.

En fait, le mécanisme de base est tellement bien conçu, qu'il n'est pas necessaire d'en rajouter, et c'est bien le signe d'un grand jeu. Malgré le fait que le champs d'action puisse sembler limité, il faut réfléchir, évaluer, bluffer, prendre des risques, et toujours garder son sang-froid.

Quand on débute, on achète les tableaux souvent trop chers, et les scores s'envolent. On gagne alors plus d'argent en vendant aux autres, qu'en vendant des collections en fin de manche. Avec minimum d'expérience, cela s'équilibre, et on ne peut plus compter sur la naïveté des acquéreurs. On comprend alors que les possibilités sont infinies.

C'est, AMHA, la quintessence du jeu d'enchères.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default