Lewis et Clark
Ce jeu est sorti le 15 nov. 2013, et a été ajouté en base le 29 avr. 2013 par acludonaute

édition 2013
Par Cédrick Chaboussit
Illustré par Vincent Dutrait
Édité par Ludonaute
Distribué par Asmodée

Standalone 2 extensions 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Nous partîmes 33... et nous fûmes 32 en arrivant au port

Ce succès ludique, mérité à mon avis, a été pour moi une expérience en demi-teinte mais néanmoins très intéressante au niveau de l’analyse du mécanisme de jeu et de sa thématique. Il m'a beaucoup inspiré :

Résumé succinct du jeu :

Pour résumer quelque peu les choses, chaque joueur incarne une équipe de pionniers qui tentent de réaliser le vieux rêve de Thomas Jefferson : rejoindre le Pacifique pour la première fois en découvrant des terres inconnues, hostiles mais néanmoins très riches. Chaque joueur doit préparer son expédition et traverser le continent américain et affronter les impitoyables Rocheuses. A son tour, le joueur doit jouer deux cartes (une définissant l’effet et l’autre définissant la puissance de cet effet) ou utiliser un indien pour réaliser une action sur le plateau de jeu (comme un jeu de gestion classique). Il peut également acheter une nouvelle carte (notion de hand building) et faire progresser son camp (avec pas mal de contraintes).

Le système de jeu présente quelques particularités et nécessite une partie au moins pour être maîtrisée. C’est clairement un jeu à courbe d’apprentissage, inadapté pour des joueurs novices.

Travail éditoriale :

Déjà chapeau à l'auteur et à l'éditeur de proposer une telle thématique, car bon européen que je suis, j'ignorais totalement cette épisode de l'histoire américaine (apparemment plus riche que l'on pourrait croire, tous les colons européens n’ont pas « sauvagement » écrasé dans le sang tous les indiens). On sent que l’auteur et/ou l’éditeur se sont passionnés pour le côté historique de la chose avec une description historique très fournie dans le livret de règles. C'est le gros point fort du jeu avec l'idée ludique intéressante d'inclure la notion de course dans un jeu de gestion. Sur ce point de vue, le jeu est très innovant, ce qui est rare de nos jours.

L’univers graphique est cohérent tant au point de vue du plateau que pour les différentes tuiles et les différents pions ressources (même si je ne suis pas fan des illustrations proposées mais cela reste très subjectif). L'ambiance est très bien rendue sur le plateau, laissant réveiller à tout un chacun l’âme d’un pionnier.

Je trouve que c’est le jeu de Ludonaute le plus chiadé (avec un prix honnête pour la quantité de matériel), même si certains points (assez récurrents pour cet éditeur) laissent pour ma part à désirer :

  • La piste de course, qui est quand même le cœur de jeu, est à mon avis trop petite (à peine 1/3 du plateau). La lisibilité du jeu en est donc fortement amoindrie au profit de la cohérence de la géographie nord-américaine, respectée par le plateau
  • Les tuiles « 3 ressources » qui m’ont fait l’impression de rajout de dernières minutes, découpées à la dernière minute au fond d’une cave
  • De gros doutes sur la durée de vie du matériel (la qualité reste le point faible de l’éditeur même si il est en net progression, passer le jeu à 45 euros avec un petit plus au niveau du matériel aurait été justifié)

Mécanique et stratégie

Au niveau de la mécanique et de la stratégie, mon impression est plus mitigée :

Les points forts :

  • L’idée de la course clairement innovante et très thématique. Les points de victoire ne sont pas une fin. Le système de temps est bien vu car il contraint les joueurs à calculer leurs dépenses et leurs acquisitions de ressources au plus juste. Après au niveau thématique, perdre du temps signifie reculer son avancée, c’est un peu capillo-tracté, même si mécaniquement ce système est très justifié
  • La fluidité des actions en lien avec la thématique. Petite difficulté de tout appréhender au départ mais quand on attrapé le coche, tout roule tranquillement
  • La modularité du jeu (ajout, retrait de montagne ou de rivières) + la possibilité de partir de plus loin en fonction de son expérience

Les points faibles :

  • Les limites stratégiques. Le jeu nous force trop à établir toujours une stratégie similaire pour pouvoir gagner : préparer son expédition en prenant le plus rapidement possible des bateaux au nez et à la barbe des autres, acheter des cartes qui permettront d’anticiper la montagne avant de pouvoir se lancer dans la course. Du coup, le mécanisme de course est galvaudé : c’est le joueur-lièvre (qui réfléchit ici au lieu de buller) qui gagnera à chaque fois à la place du joueur-tortue qui préfèrera avancer à son petit rythme et restera malheureusement bloqué devant les Rocheuses
  • Le fait de profiter des ressources des autres m’est apparu comme très artificiel, sans grand intérêt stratégique, chacun attendant un peu à ce que les autres jouent ces cartes avant de collecter
  • Il y’a trop de cartes, vraiment trop de cartes. Le 1/3 des cartes est inutile et souvent boudé par les joueurs (surtout dans les cartes qui n’ont qu’un effet d’activation de 1)
  • Le système d’achat des cartes de TTA avec une surenchère selon la sortie de la carte combiné à l’aléatoire de la sortie de ces mêmes cartes est une BOURDE MONUMENTALE. Cette piste est un élément de jeu passionnant qui marche dans les jeux comme Copycat, TTA, Concordia… si les cartes arrivent dans un ordre « global » prédéfini. Du coup, vu que les cartes sont clairement non équilibrés (je ne reproche pas cela à l’auteur, équilibrer une soixantaine de cartes est mission impossible), le système est foireux car trop chaotique. Amis auteurs, rendez-vous compte qu’à chaque fois que vous proposez ou proposerez encore ce système de jeu sans tri préalable des cartes, Vlaada Chvatil perdra 10 cheveux (vu la chevelure du bonhomme il y' a de la marge mais prenez garde !!)

Pour conclure, je dirais que ce jeu vaut vraiment la peine d’être essayé par le plus grand nombre car il y’a vraiment du « génie ludique » dessous. Ce fut un plaisir de le découvrir mais malheureusement je n’y reviendrais pas car il m’a plus plu que séduit. Bravo à l’auteur car le jeu a définitivement trouvé son public mais je n’en fais pas vraiment parti (10/10 pour l’idée du jeu, 5/10 pour l’intérêt que j’y ai trouvé). Malgré celà, son succès est, à mes yeux, tout à fait légitime

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default