Ce jeu est sorti le 25 juil. 2006, et a été ajouté en base le 25 juil. 2006 par 20.100

édition 2006
Par Michael Rieneck et Stefan Stadler
Édité par Kosmos et Mayfair Games

Standalone 1 extension 2 éditions
32,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Monumental !

On imagine mal comment Die Saülen der Erde aurait pu précéder Caylus, tant il chasse sur les mêmes terres que le chef d'oeuvre de William Attia. C'est à la fois une grande force et un lourd handicap. Une grande force, car Caylus a commencé à explorer le terrain, à dégager quels chemins peuvent emmener loin et quelles voies semblent sans issue. Il restait alors à pousser un peu plus loin l'incursion dans cette contrée fertile. Michael Rieneck et Stefan Stadler se sont donc attachés à travailler plus en profondeur certains aspects de Caylus et à ajouter de nouveaux éléments, négligés par Attia. Et en ce sens, Die Saülen der Erde va plus loin que Caylus.

Mais le jeu de Michael Rieneck et de Stefan Stadler souffre aussi de cette parenté – quel jeu de gestion n'en pâtirait pas ? Die Saülen der Erde est plus court, moins complexe, parfois un peu trop simple et est donc moins riche stratégiquement. C'est d'ailleurs la seule chose qu'on puisse lui reprocher. Après une dizaine de parties, on peut estimer avoir fait le tour des différentes façons de gagner. Mais cette pauvreté stratégique n'est que relative – la plupart des jeux proposent beaucoup moins – et surtout elle est compensée par une bonne profondeur tactique, ce qui est d'autant plus sensible que les auteurs ont habilement ajouté un grain de hasard dans un genre qui habituellement n'en tolère pas une once.

Même si elles ne sont pas d'une infinie variété, les parties, rythmées, s'enchaînent rapidement, du fait de mécanismes simples et fluides. Cette sobriété du système de jeu favorise l'épanouissement d'un autre aspect : l'imaginaire. Aidé par un matos splendide – le plateau de jeu notamment est impressionnant –, Die Saülen der Erde développe un thème brillant, qui colle parfaitement au genre du jeu. C'est tout un univers qui sort de terre quand une partie débute. Il n'est pas question ici que de manipuler des cubes de bois colorés, de piocher des cartes, de jouer des pions sur des cases, etc. mais aussi et surtout de recruter des tailleurs de pierre et des souffleurs de verre, d'extraire du bois des forêts, de se rendre au château de Shiring ou au prieuré de Kingsbrigde, bref de participer à la construction d'une cathédrale gothique au Moyen-Âge. Monumental !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default